Ça y est, nous connaissons enfin la date du procès en destitution de Donald Trump. Il se tiendra mardi 21 janvier. C’est un fait rarissime, ce n’est d’ailleurs que la troisième fois que ce genre de processus a lieu aux États-Unis.

C’est cette nuit que les choses se sont accélérées. Nancy Pelosi, présidente de la Chambre, a signé l’acte d’accusation de Donald Trump. On rappelle que deux articles d’impeachment ont été votés en décembre à l’encontre du président des États-Unis, un pour abus de pouvoir, et un pour entrave au travail du Congrès. Ces accusations sont portées dans le cadre d’une enquête qu’il aurait demandé à l’Ukraine d’ouvrir à propos de Joe Biden, un de ses opposants politiques aux prochaines élections. La signature de l’acte d’accusation a donc eu lieu lors d’une cérémonie démesurée, à l’Américaine. Les stylos qui ont été utilisés sont d’ailleurs déjà historiques. Cette accusation a directement été transmise au Sénat.

Les prochaines étapes du procès de destitution

Aujourd’hui, une autre étape intervient. Les sénateurs, qui seront en charge de juger Donald Trump, vont prêter serment devant la Cour suprême. Alors oui, avec tous ces termes et institutions, on peut s’y perdre. Mais c’est donc la Cour suprême qui devra présider ce procès d’impeachment.

Mardi débutera donc ce procès à l’encontre de Donald Trump, qui ne devrait pas durer plus de deux semaines. Il sera tenu de répondre des chefs d’accusation qui lui sont portés devant les sénateurs. Il faut savoir que les républicains, dont fait partie le président des États-Unis, sont majoritaires au Sénat. Ils occupent 53 places sur 100. Donald Trump a donc de fortes chances d’être acquitté, sauvé par ses pairs.