A Milan, une campagne choc montre Brigitte Macron, Angela Merkel ou encore Michelle Obama avec le visage tuméfié.

Des bleus parcourent ses joues, un œil au beurre noir et du sang sur les lèvres… Mais qu’est-il arrivé à Brigitte Macron ? Affichées, placardées, montrées à toutes et tous à Milan… Des dizaines de visages de femmes du monde entier posent sur les murs de la ville.

C’est une idée de l’artiste italien AleXsandro Palombo, créer une campagne-choc pour sensibiliser sur les violences faites aux femmes. On peut ainsi voir une série d’affiches dans les rues de Milan avec les visages violentés de la première dame de France, Brigitte Macron, Angela Merkel ou encore Michelle Obama. On peut aussi reconnaître parmi les nombreux portraits tuméfiés les visages d’Hillary Clinton, d’Alexandria Ocasio-Cortez, d’Aung San Suu Kyi ou encore de Sonia Gandhi. La campagne est baptisée font «Just because I am a Woman» (juste parce que je suis une femme).

Sous chaque visage, on peut lire ceci en anglais : «Je suis victime de violence domestique, je suis payée moins, j’ai subi une mutilation génitale, je n’ai pas le droit de m’habiller comme je veux, je ne peux choisir qui je vais épouser, j’ai été violée». Le tout, simplement parce qu’elle est du sexe opposé. En rose, en bas de l’affiche on peut enfin lire : «La violence contre les femmes est un problème mondial qui touche tout le monde sans distinction de race, de classe sociale ou de religion».

Avec cette campagne, l’artiste de 45 ans entend «illustrer le drame qui touche des millions de femmes dans le monde entier (…) dans le but de dénoncer, sensibiliser et obtenir une véritable réponse des institutions et de la politique».