Une enquête préliminaire visant Ségolène Royal a été ouverte par le Parquet national financier selon une source judiciaire.

Cette enquête vise à vérifier l’utilisation des moyens mis à la disposition de l’ancienne ministre par le Quai d’Orsay et le ministère de la Transition écologique. L’enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance économique. Les deux ministères se partagent le financement des trois collaborateurs mis à sa disposition et de l’enveloppe de 100 000 euros de frais de mission et de représentation dont elle dispose. Selon les révélations, Ségolène Royal aurait utilisé les moyens mis à sa disposition pour des missions éloignées de sa fonction d’ambassadrice des pôles.

Une utilisation du budget sans rapport à ses fonctions

L’ambassadrice dispose de trois collaborateurs pour l’assister dans ses fonctions. Cependant, il semblerait qu’ils aient été aperçus ces derniers mois sur des missions sans rapport avec ces fonctions telles que des séances de dédicaces de son livre, une sortie au zoo ou encore l’inauguration d’une aire de covoiturage.

Ségolène Royal a expliqué hier sur Facebook que son licenciement de son rôle d’ambassadrice arriverait sous peu. L’ancienne ministre de l’Écologie devrait être démise de ses fonctions de manière officielle lors du Conseil des ministres du vendredi 24 janvier.