Le père Bernard Preynat, accusé d’avoir abusé de jeunes scouts il y a trente ans alors qu’il officiait à Sainte-Foy-Le-Lyon, dans la région Rhône-Alpes, devait comparaître ce lundi 13 janvier devant la justice à Lyon. Très attendue par les victimes, l’audience a été décalée d’un jour en raison d’une grève des avocats.

Près d’une centaine de victimes attendent aujourd’hui que justice soit faite. Ce lundi, l’ancien prêtre (aujourd’hui laïcisé) Bernard Preynat, 74 ans, devait comparaître face à neuf de ces anciennes victimes présumées devant le tribunal de grande instance de Lyon.

Un procès fort en symboles

Depuis sa révélation au grand public en 2015, l’affaire Preynat est devenue emblématique pour les victimes de prêtres pédophiles. Les faits remontent à plus d’une trentaine d’années et ont conduit l’ancien père à être démis de ses fonctions en 1991 suite à l’aveu de ses fautes devant ses supérieurs du clergé. C’est seulement en 2015 que les faits qui sont reprochés à Bernard Preynat éclatent au grand jour grâce aux multiples signalements de parents, victimes et membres du clergé. Les victimes potentielles recensées sont toutes d’anciens scouts que le prêtre encadrait lorsqu’il officiait à Sainte-Foy-les-Lyon à la fin des années 80 et au début des années 90.

Même s’il est soupçonné d’avoir eu des relations sexuelles avec près d’une centaine de jeunes scouts, Bernard Preynat est poursuivi pour dix infractions. Au cours de ce procès fort en symboles, les juges devront décider s’ils doivent s’affranchir ou non de la partie immergée de l’iceberg.

La grève des avocats décale le procès d’un jour

Ce lundi, les avocats du barreau de Lyon ont décidé de demander le report du procès dans le cadre de leur mobilisation contre la réforme des retraites. Le 6 janvier, ils avaient voté en faveur d’une semaine de grève, perturbant fortement le fonctionnement des tribunaux.

Programmé toute la semaine devant le tribunal correctionnel, Bernard Preynat finira bien par comparaître devant la justice. Il encourt 10 ans de prison.