Trois jours après le crach d’un Boeing 737 d’Ukraine Airlines, l’Iran passe aux aveux, annonçant avoir abattu « par erreur » l’avion ukrainien. Un aveu lourd de conséquences.

« L’enquête interne des forces armées a conclu que de manière regrettable des missiles lancés par erreur ont provoqué l’écrasement de l’avion ukrainien et la mort de 176 innocents ». Tels sont les mots du président Hassan Rohani, sur Twitter, en ce samedi matin. Trois jours après le crash du Boeing 737 d’Ukraine Airlines sur le territoire, et après avoir nié être impliqué, l’Iran passe aux aveux. « Nous regrettons profondément ce crash, qui est une grande tragédie et une erreur impardonnable », ajoute le président Iranien sur le réseau social. Une erreur ayant coûté la vie de 176 personnes…

Les tensions avec les américains mises en cause

Un peu plus tôt, le ministre des affaires étrangères iranien avait exprimé ses condoléances et excuses à propos de ce drame. Mais ce n’est pas tout. En effet, dans son tweet, le ministre a également mis en cause les américains. Mohammad Javad Zarif a donc estimé que ce tir était dû à « l’aventurisme américain », en lien avec les tensions actuelles entre les deux pays depuis le 3 janvier, et l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani.

On apprenait pas la suite que le Boeing avait été confondu avec un « avion hostile », alors qu’il volait à basse altitude au-dessus d’un « centre militaire sensible ». Par la suite, le chef de l’état-major de l’armée iranienne a assuré que le « responsable » serait traduit « immédiatement » en justice. De leur côté, le Canada demande une enquête approfondie, alors que l’Ukraine a réclamé la punition des coupables, et une compensation financière, de la part de l’Iran.