Manon Louvet, ancienne rédactrice du 24 heures et employée dans la restauration, est à Perth, en Australie, depuis le mois de juin dernier. Elle a accepté de témoigner à propos de la situation plus que préoccupante sur le continent, avec les incendies qui ravagent le pays depuis maintenant 1 mois.

« Les feux sont vraiment incontrôlables ». Tels sont les mots de Manon, 21 ans, habitante de Perth, en Australie. Bien que la côte Ouest soit moins touchée que la côte Est du pays, la situation préoccupe tout le monde. Ce sont pas moins de 8 millions d’hectares de forêt touchés par les incendies ravageurs dans tout le pays, et pas moins de 100 000 personnes ont déjà été évacuées. On déplore également la mort d’environ 480 millions d’animaux et 25 personnes sur la côte Est. « Tous les voyages vers la côte Est ont été annulés, et beaucoup d’habitants près du littoral ont dû fuir par la mer pour ne pas être pris par les flammes. » explique Manon, visiblement troublée par les événements.

La côte Est ravagée par les flammes

D’après plusieurs amis de Manon résidant à Sydney, la situation ne va pas en s’arrangeant. « Lorsque les feux ont commencé, on ne pouvait plus sortir. Les villes étaient enfumées, et les gens commencent à vraiment tomber malades… ». Dépendants de la météo, les habitants sont de plus en plus inquiets, alors que le gouvernement a décrété l’état d’urgence le mois dernier. « Là où c’est le plus impressionnant, c’est au nord de Sydney. La situation là-bas est vraiment incontrôlable » ajoute Manon. Des incendies dus à une vague de chaleur sans précédent, avec notamment un pic à 49 degrés le 18 décembre dernier. « A ce moment là, j’ai compris qu’il y avait un problème » raconte Manon.

Sur la côte Ouest, les incendies sont plus facilement contrôlables. « C’est une zone très sèche, avec assez peu de verdure. Les feux ont plus de mal à se déclencher, et sont plus rapidement contrôlés et éteints » explique-t-elle.

« J’ai une chance énorme »

Manon avait visité la côte Est du pays quelques semaines plus tôt. « Cela peut paraître un peu égoïste, mais j’ai énormément de chance. A trois mois près, le voyage que j’ai fait, et les lieux que j’ai visités, plus personne ne pourra le faire. » La quasi totalité des zones qu’elle a visité ont brûlé sous les multiples incendies qui frappent le pays. Un constat critique à la hauteur de la situation, qui ne tend toujours pas à s’améliorer…

https://sreffe27.carto.com/builder/ada8c384-460a-422a-9c0f-c118d63aa79b/embed