Instagram a largement détrôné Facebook ces dernières années. Véritable vitrine des mannequins, stars en tout genre, marques de vêtements… Aujourd’hui, les restaurateurs s’y sont mis, au plus grand bonheur des consommateurs…

Manger bien, manger beau

Ô Toulouse ! Ses briques roses, ses ruelles chaleureuses, son beau temps. Lorsque l’on s’y ballade, il n’est pas difficile de trouver des terrasses pleines de personnes qui prennent du bon temps autour d’un verre, ou d’un bon plat. Mais comment font ces restaurateurs et commerçants pour se démarquer dans une ville où il y a de plus en plus de « concurrence » ?

Les gens veulent manger bien, bon et beau. La beauté du plat fait désormais partie de notre société. Car qui n’a jamais prit en photo son plat pour le poster sur Instagram et faire baver ses followers ? Et bien les restaurateurs l’ont compris. Désormais, passer par Instagram est presque obligatoire pour se faire une clientèle. Des plats alléchants, « instagrammable ». Alors quand on se promène sur la Place St Georges avec les restaurants comme la Prima Fabricca, le Wallace ou l’Annexe, il n’est pas difficile de trouver des jeunes qui prennent en photo leur plat. « Souvent avant de partir en week-end quelque part, je sélectionne des adresses sur Instagram pour manger », « je suis abonnée à une page qui recense les meilleurs restos de Toulouse, alors je choisis mes repas comme ça ». Voilà ce que deux jeunes filles répondent quand on leur demande où est-ce qu’elles ont trouvé cette adresse.

Les influenceurs au service des restaurateurs  

Moustache, un nouveau glacier de la place St Pierre a bien compris le concept. Il y a quelques semaines, ils ont organisé une « Beauty Party », réunissant les influenceurs toulousains, pour promouvoir leurs fabrications artisanales et surtout, une première mondiale : la glace saveur chocolatine (et « surtout pas pain au chocolat » Fabien, le patron, « déteste littéralement ce mot »). Alors forcément, cela aide beaucoup les restaurateurs. « Lors de cette soirée, il y avait une dizaine d’influenceurs, allant de 10 000 followers à presque 500 000. Alors forcément, quand un potentiel client voit une personne qu’il aime suivre au quotidien, manger de nos produits, cela peut les faire venir. Pour preuve, depuis l’ouverture, on ne désemplie pas. La glace à la chocolatine a suscité beaucoup d’engouement et de relais sur Instagram. C’est un plus ».

Parce que prendre en photo sa glace avec en arrière-plan, c’est quand même plutôt instagrammable.

https://www.instagram.com/glacesmoustachetoulouse/

Pour le groupe Prima Restaurants, Instagram est un réel outil de communication pour attirer toujours plus de clients. Publication des nouveautés, messages humoristiques… Tout est fait pour attirer un public toujours plus large. « Quand on nous identifie sur Instagram, on sait que ça nous fait une visibilité bien plus importante que si nous n’étions pas sur les réseaux sociaux. Alors forcément quand les anciens finalistes de Koh-Lanta, qui ont presque 1 million d’abonnés viennent chez nous, on jubile », en rigole le patron.

Car ils savent que les nouvelles générations adorent aller dans des endroits « instagrammable », ils ont tout misé sur la décoration de leur nouveau restaurant Place de la Bourse, la Prima Lova. Travaux gigantesques, meubles chinés, verdures, néons, tout est fait pour combler les yeux et les papilles des clients. Puisque rien que lorsque l’on observe les assiettes des chanceux assis à leur terrasse, nos papilles frétillent. Burratas, pasta pesto, carpaccio… tout est fait pour vous aguicher…

Le tout nouvel intérieur de Prima Lova
crédit : Loïcia Fouillen

Alors de nombreux restaurants ont ouvert des comptes Instagram, dans le but de se montrer. Par exemple, Ma Biche sur le Toit, avec ses presque 15 000 followers, ne cesse d’envouter les papilles des consommateurs avec des photos toujours plus belles et colorées. En tout cas, eux ont bien compris le concept de la « vitrine Instagram ».

https://www.instagram.com/mabichesurletoit/

La page Instagram de Ma Biche sur le Toit.

Poster toujours plus de photos pour attirer toujours plus de monde. Parce que les générations connectées c’est ça aussi. Trouver un restaurant sur les réseaux, un « the place to be », montrer que l’on y est, qu’on mange des plats bons, et beaux. Serait-ce finalement un peu le résumé de cette génération Y ?