Dans les rues de la Ville rose, les téléphones portables sont partout. La plupart des Toulousains déambulent, se restaurent et vivent, les yeux rivés sur leurs écrans. Un spectacle qui peut prêter à sourire, pourtant les dérives de ce phénomène sont bien réelles, et parfois dangereuses. En découle le terme de « nomophobie », une « maladie » qui fait de plus en plus parler d’elle…