Pour la première fois en 500 ans, des pluies sont tombées dans la partie hyper-aride du nord du Chili. Le désert d’Atacama, connu comme le plus aride du monde, a été victime de précipitations inattendues. Au moins 10 personnes auraient perdu la vie.

Sebastian Piñera, président du Chili a décrété l’état d’urgence dans la région d’Antofagasta, dans le nord du pays. Des précipitations de cette envergure n’avaient pas été observées depuis 1972. Depuis le début du mois, des précipitations de 10 à 20 mm par jour provoquent de véritables torrents de boue. Pour rappel, la moyenne annuelle des précipitations est habituellement de 6 mm. Dans le désert d’Atacama, situé dans cette région, la rivière est sortie de son lit et a provoqué de nombreuses coupures d’eau et d’électricité.

Le bilan est déjà lourd : au moins 10 personnes sont décédées à cause de la crue. Des habitations ont été détruites et des routes inondées. Une situation dramatique pour le tourisme, très développé dans cette région du monde ; mais aussi pour l’environnement et la faune locale. Les pluies ont en effet décimées jusqu’à 85% de la faune microbienne du désert d’Atacama. Selon une équipe de chercheurs au Centre d’astrobiologie de Madrid et de l’université Cornell de New York « Dans cette région, qui est la plus aride au monde, il n’y a pas d’autre écosystème que les micro-organismes (…) les espèces avaient évolué pour absorber la moindre quantité d’humidité ».

Le réchauffement climatique en cause

Le phénomène des pluies est naturel, mais le réchauffement climatique est mis en cause dans le degré de force des précipitations. En effet, le réchauffement aurait favorisé l’accumulation de lourdes masses nuageuses, venues de l’océan Pacifique.

Les fortes précipitations ont d’ailleurs ranimé une chute d’eau asséchée depuis dix ans. Sur des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, on assiste à l’impressionnant réveil de la chute, haute de plus de 60 mètres.


La Bolivie et le Pérou aussi touchés

Et le nord du Chili n’a pas été le seul concerné par le phénomène, la Bolivie et le Pérou ont également été touchés. D’importantes routes ont été coupées dans la région de La Paz (Bolivie). Au Pérou, plusieurs fleuves ont débordés et affectés les région d’Arequipa, Moquegua et Tacna. Une dizaine de personnes a également perdu la vie. Le ministère des Relations extérieures d’Argentine a rapidement manifesté son soutien et ses condoléances à ses pays voisins.