Et si les fruits nous permettaient de « mieux » vieillir ? C’est en tout cas ce qu’a démontré une étude, lancée en 2011 à Bordeaux.

Tout est parti d’une étude : 215 personnes, âgées de 60 à 70 ans, ont participé à un grand test, organisé par une clinique de recherche à Bordeaux en 2011. Pendant six mois, la moitié des participants a consommé différents fruits, tandis que l’autre moitié consommait des produits « placebo », sans aucun effet quelconque.

Au terme de l’étude, les chercheurs se sont aperçus que parmi les participants ayant régulièrement mangé des fruits, ceux qui présentaient au départ un âge cérébral particulièrement avancé (comparé à leur âge réel) avaient vu leurs performances s’améliorer nettement, « rajeunissant » en moyenne de 14 ans leurs capacités mémorielles.
Concrètement, les sujets en question retrouvaient une meilleure mémoire, mais aussi un meilleur sommeil, et leurs troubles de l’humeur et du langage étaient en nette diminution.

Loading...

Loading…

En partant de ce constat, une équipe de recherche franco-canadienne a lancé le projet « Neurophenol« . L’objectif : synthétiser le polyphénol dans des gélules, de façon à permettre à l’organisme de mieux assimiler cette molécule, perçue par notre corps comme une toxine mais dont les bienfaits sont aujourd’hui reconnus (pour nous, comme pour nos animaux de compagnie.)

Et si les séniors sont ceux pour qui les effets du polyphénol sont le plus probant, sa consommation chez les plus jeunes permet une meilleure gestion de la fatigue et une meilleure concentration.

Aujourd’hui, Neurophenol est un projet de recherche primé dans 10 pays, et sa formule « mémophénol » est accessible au public directement en pharmacie sous différents produits. L’équipe de recherche, quant à elle, continue de travailler sur différentes applications du polyphénol, notamment à destination des étudiants.