Ce jeudi, le chef de l’Etat s’exprime devant un millier de jeunes et répond à leurs questions. Les thèmes abordés concernent notamment l’insertion sur le marché du travail et l’engagement citoyen.

Le Président de la République s’est ce matin rendu à la rencontre des élus locaux. Il a tout d’abord rencontré Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, puis il a rejoint les maires des chefs-lieux de canton de Saône-et-Loire

Emmanuel Macron est ensuite arrivé à 15H45, un peu en retard au gymnase d’Etang-sur-Arroux où l’attendaient les jeunes âgés de 15 à 25 ans. Des lycéens, des étudiants, des apprentis ou encore des volontaires du service civique ont été conviés. Selon l’Elysée, il s’agit d’un « échantillon assez large et représentatif des jeunes » du Morvan. Le débat portera quant à lui essentiellement sur les études, l’entrée sur le marché du travail mais aussi les attentes des jeunes pour l’avenir du pays, l’environnement ou encore l’engagement politique. Jusqu’à maintenant, Emmanuel Macron s’était peu penché sur les problèmes de la jeunesse.

Le débat est co-animé par le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer et celle du travail Muriel Pénicaud. Le maire LR de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, a quant à lui refuser d’assister à la rencontre. Il a annoncé son absence mercredi soir via une lettre adressée au président de la République et transmise par la suite à la presse.

De nombreux sujets abordés

Le chef de l’Etat a commencé le débat avec un discours et a parlé de ses attentes : débattre de tous les sujets sur lesquels il a interpellé les Français. Il a ensuite abordé le sujet de la réforme du bac avec le système Parcoursup « Nous simplifions le baccalauréat, car tout juger sur une épreuve est parfois réducteur. Nous réformons le supérieur avec Parcoursup pour continuer l’accompagnement du lycéen ».

Emmanuel Macron a également parlé de la mise en valeur des femmes et des personnes handicapées dans le milieu professionnel industriel. Il a tenu à rassurer et encourager les femmes, à ne plus se remettre en question mais à « prendre confiance pour ne pas se mettre de barrières ».

À noter que le Président de la République prévoit de participer à un ou deux débats par semaine jusqu’à la fin du grand débat, prévue pour la mi-mars.