Après « Commerces en danger et à vendre », les commerçants toulousains continuent de se mobiliser avec l’initiative « Toulouse Solidaires ». Un mouvement qui souhaite la fin des violences qui perdurent chaque samedi depuis novembre.

Une mobilisation générale citoyenne 

Leur appel à l’aide n’était pas resté sans réponse. Suite aux différentes dégradations qui ont eu lieu dans Toulouse lors des manifestations des Gilets jaunes, un groupe de commerçants avait lancé l’opération « Commerces en danger et à vendre ». Une action pour dénoncer un impact économique négatif, engendrant la chute du chiffre d’affaires d’un bon nombre de magasins. 

Mais cette fois-ci, il n’est pas seulement question d’économie. L’initiative « Toulouse Solidaires » veut recentrer l’humain au coeur de tout. Née à la suite du premier mouvement, cette mobilisation générale se veut pacifique, tout en espérant que les violences laissent la place à l’échange et à l’entraide. Un changement souhaité par Lucas Guillermin, gérant du Comptoir de l’Optique, et l’un des hommes à la base du rassemblement. « À la base, c’est une page Facebook qui souhaite transmettre un message d’amour et rassembler un maximum de personnes. C’est une mobilisation pour les citoyens qui habitent dans Toulouse. On ne les écoute pas souvent. Le but, c’est de leur donner la parole. » Une nécessité afin d’améliorer l’image de la ville, ternie ces dernières semaines.


« À Toulouse, il n’y a pas que de la violence »

Alors que depuis quelque temps, Toulouse semble s’être érigée comme le centre névralgique des violences liées aux manifestations, « Toulouse Solidaires » souhaite également montrer que ces scènes de violence n’occulteront pas la véritable image de la ville. « C’est important pour que les gens se rendent compte qu’à Toulouse, il n’y a pas que de la violence. Quand tu allumes la radio ou la télé, tu as l’impression que Toulouse est en guerre. Alors que non. La guerre, c’est uniquement le samedi de 17 h à 20 h. Après tout est normal. » 

Des actions qui en appellent d’autres

Dans le cadre de cette mobilisation, des milliers de stickers en forme de coeur ont été imprimés. Ces derniers seront affichés partout dans Toulouse, à la place des impacts sur les devantures des magasins ou encore sur des murs arborant des propos haineux. Une première action qui pourrait être suivie par une autre, d’ une ampleur totalement différente. « On souhaite faire une marche. Pour tous les gens qui veulent se réapproprier le centre-ville. Qu’ils descendent et disent, on en a marre des violences. Ce n’est pas contre le mouvement ni les revendications des Gilets jaunes. Toulouse, c’est une belle ville. Mais en ce moment, c’est dur »

À l’heure actuelle, la page rassemble plus de 5 600 likes sur Facebook. L’objectif est d’atteindre entre 10 000 et 20 000 personnes, afin de remettre, enfin, l’habitant au centre de sa ville.