Le pari de la diversification est-il le bon pour Google ? Durant le dernier trimestre qui s’est achevé le 31 décembre 2018, les paris futuristes de Google, comme les ballons connectés, les voitures autonomes ou les drones de livraison, ont occasionné des pertes de plus de 1,3 milliards de dollars. Néanmoins, ces dépenses commencent à montrer des signes de réussites. Explications. 

Les résultats financiers d’Alphabet pour le quatrième trimestre de son année fiscale 2018 sont pourtant excellents. Ces derniers s’appuient entre autres sur un chiffre d’affaires en hausse de 22 %, tandis que le bénéfice par action enregistré sur cette période s’établit à 12,77 dollars.

Google dépense-t-il sans compter ?

Dans le même temps, les coûts et dépenses totaux ont fortement augmenté à 31,07 milliards de dollars, contre 24,66 milliards au dernier trimestre 2017. Les explications sont multiples : le groupe continue à investir massivement dans le Cloud pour rivaliser avec Microsoft et Amazon sur ce marché porteur.

Le géant du net a fait état d’une forte croissance du nombre de clics sur les publicités de ses propres sites (+66%). Le prix moyen payé par un annonceur à Google quand un internaute clique sur une publicité a pour sa part reculé de 29%.

>> À lire aussi : RGPD : La Cnil inflige une amende record de 50 millions d’euros à Google

À noter que le chiffre d’affaires d’Alphabet a augmenté de 22% à 39,28 milliards de dollars, ressortant sous les attentes de Wall Street : 38,90 milliards de dollars. Il a progressé de 23% hors impact des changes. La croissance a ralenti par rapport au troisième trimestre où elle s’était élevée à 21%. Ses revenus publicitaires ont, eux, augmenté de 19,8% à 32,64 milliards de dollars. Ils ont aussi ralenti.

De nombreux projets pour le futur

En substance, tout cela montre que Google n’a pas peur d’investir dans l’avenir. Et actuellement, certains de ces projets portent leurs fruits. Par exemple, la filiale Loon a déjà annoncé le début de ses opérations au Kenya pour connecter les zones rurales avec des ballons, en collaboration les acteurs locaux. Et la société Wings, qui travaille sur des drones de livraison, ont débuté des tests en Europe. Parmi les autres projets futuristes d’Alphabet, il y a aussi Verily, qui travaille dans la santé. Ce succès peut s’expliquer par la politique de la compagnie « Alphabet ». Pour Alphabet, ces projets sont des « paris » et n’ont pas vocation à être rentable pour le moment.