Après 49 ans derrière les barreaux, Casanova Agamemnon va finalement être libéré. C’est la cour d’appel de Saint-Denis de la Réunion qui a validé, ce jeudi, la demande de libération conditionnelle du détenu.

La 18e demande aura finalement été la bonne. Ce matin, les juges de la cour d’appel de Saint-Denis de la Réunion ont validé la demande de libération de Casanova Agamemnon. Selon le site d’information Réunion La 1ere, l’homme devrait d’abord bénéficier de permissions de sorties avant de porter un bracelet électronique pendant un an. Selon son avocat, Me Benoit David, « La libération conditionnelle proprement dite entrera en vigueur en 2020 pour une période de dix ans. » 

Emprisonné depuis 1969 pour deux meurtres

Casanova Agamemnon aura passé 49 ans derrière les barreaux. C’est d’abord pour le meurtre de son patron qu’il sera condamné à la perpétuité en 1970. À l’origine de l’assassinat, une affaire de salaire non versé.

En 1985, le détenu voit accepter sa demande de liberté conditionnelle. Une période de liberté au cours de laquelle il va tuer, en 1986, son frère, qu’il accusait de s’être approprié l’héritage familial. En 1988, il est finalement condamné à 10 ans de réclusion criminelle. La perpétuité, qui avait été prononcée lors de son premier procès en 1970, est alors réactivée.

>> À LIRE AUSSI : [ENQUÊTE] Après la prison, la vie doit continuer

« Une grande victoire »

Pour son avocat, Me Benoit David, cette libération est une « grande victoire« . Mais pour obtenir le feu vert des juges, Casanova Agamemnon a dû montrer patte blanche. En effet, depuis plusieurs mois, le détenu était passé devant de nombreux services de l’administration pénitentiaire pour « obtenir des garanties sur sa psychologie et ses conditions de réinsertion« , a ajouté son avocat.