L’essayiste Raphaël Glucksmann a crée un mouvement politique « Place Publique » avec l’économiste Thomas Porcher et la militante Claire Nouvian en novembre dernier. L’objectif : rassembler la gauche dans l’optique des élections européennes.

« Les militants de tous ces partis veulent l’union. Ils veulent proposer une alternative crédible à Macron. Ils veulent se battre contre Le Pen, pas contre Hamon, Faure ou Jadot (…) Nous avons deux mois pour réussir »

Raphaël Glucksmann dans un vidéo publiée sur le Parisien 

Après avoir reçu le feu vert de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, « Place Publique » doit maintenant convaincre. L’intellectuel Raphaël Glucksmann se donne deux mois pour unir la gauche, à l’exception de la France Insoumise.

Proposer une alternative à Macron

L’objectif de ce jeune parti politique est de réunir une partie de la gauche, dispersée depuis quelques mois. À travers « 10 combats » détaillés dans un communiqué, « Place Publique » veut « répondre à des urgences » démocratiques, écologiques ou encore sociales.

Parmi les solutions proposées, le parti veut aborder la suspension des nouveaux traités de libre échange, un ISF européen, ou encore une plus grande solidarité dans l’accueil des exilés.

Résultat mitigé pour l’instant

Ce récent mouvement, crée en novembre 2018 peine à convaincre. Seul le PS, par la voix de son premier secrétaire Olivier Faure, s’est dit intéressé par une liste commune. Pour l’instant, ni EELV, Générations ou encore le PCF ne veulent rejoindre « Place publique », chacun s’obstinant à proposer sa propre liste aux Européennes le 26 mai prochain.