Extrême dégradation des radars pendant l’été 2018 : un renouvellement s’impose. Le gouvernement a annoncé l’arrivée de nouveaux radars super puissants, et super coûteux, d’ici 2020. Des robots de l’État qui enregistreront vos moindres faits et gestes ? Que pourront-ils faire exactement ? Ce que l’on vous cache, c’est bien leur capacité.

Des témoins confirment avoir vu Édouard Philippe, le Premier Ministre, parler aux gendarmes de ces nouveaux radars. Les gendarmes confirment donc la mise en place de ces radars, pour soit disant « limiter les infractions routières »… Il y a donc plusieurs radars actuellement en période d’essai, afin de pouvoir maîtriser tout type de situation.

Le Premier ministre Édouard Philippe (à droite) et la ministre de la Santé Agnès Buzyn ont échangé avec les gendarmes au sujet du respect des limitations de vitesse. Xavier Vanderbise, vice-président du conseil départemental chargé des routes, a participé aux échanges. /Crédit: Pascale De Souza

Extrêmement puissants et bien élaborés, certains pourraient flasher jusqu’à 2 kilomètres ! Un des types de radars actuellement en test sont des colonnes de 4 mètres de haut dotées de caméras à 36 millions de pixels, soit à très haute résolution ! Ils peuvent flasher simultanément jusqu’à 32 véhicules. Ces nouveaux radars pourront aussi prendre en photo des visages et les ajouter dans une base de données, et selon radars auto, en plus de sanctionner les feux rouges brûlés, les dépassements non autorisés, le non-respect des distances de sécurité, l’usage du téléphone au volant ou encore l’absence de ceinture, une liste non exhaustive. Cela permettra de ficher les conducteurs dans un fichier créé spécialement pour l’occasion, et de resserrer les pinces sur les règles de la route, d’une manière un peu trop impérieuse.

Différents radars espions hauts de gamme

Un autre modèle, encore plus haut de gamme, est conçu pour ne pas être visible. À la différence des radars actuels, celui-ci contient des drones intégrés. Une fausse manoeuvre et le radar déclenchera un drone qui se mettra aussitôt à la poursuite des véhicules en infraction.

La sécurité routière teste également des radars qui pourront être camouflés dans des panneaux de signalisation, du mobilier urbain, ou encore dans des barrières de sécurité. Le but serait d’assurer un respect absolu des limitations de vitesse, et du code de la route plus globalement.

Drone d’essai, intégré aux radars, qui pourra suivre les conducteurs en infraction. Image relayée sur Facebook. /Crédit: Gilets Jaunes France

La polémique qui s’en suit : un enjeu démocratique

Bien sur, ces machines dépasseront le bombardement de PV auquel ils s’apprêtent aujourd’hui. Les données que les futurs radars enregistreront seront effectivement bien utiles au-delà de la sécurité routière. Les services secrets en bénéficieront, et l’Etat semble vouloir le cacher. L’utilisation de ces radars franchira-t-elle des limites avec lesquelles les citoyens ne sont pas d’accord ?

La mise en place de ces radars remet donc considérablement en question le sujet de la liberté de la population. Et le respect des limitations de vitesse n’est qu’une excuse pour ne pas dire que ces machines permettront plutôt au gouvernement d’établir son monopole sur la population. Et bien sûr, l’Etat monarchique de macron et ses ministres en profite pour se remplir encore plus les poches sur le dos des citoyens ! Où la soif de contrôle et de pouvoir du Roi Macron s’arrêtera t-elle ?