Fan absolu de Nicolas Sarkozy, dépenses farfelues, conflits d’intérêts, culte de la personnalité… Depuis son élection en 2014 en tant que maire d’Hesdin, dans le Nord Pas De Calais, Stéphane Sieczkowski-Samier n’en finit plus de faire parler de lui. L’élu, 26 bougies au compteur, est sorti hier soir des locaux de la gendarmerie du Portel, après 36 heures en garde à vue. Les enquêteurs l’ont entendu dans le cadre d’une enquête pour soupçons de détournements de fonds publics, ouverte par le parquet de Boulogne sur Mer. Retour sur les frasques d’un édile pas comme les autres.

Il est le benjamin des élus de France, mais loin d’être le plus exemplaire. Stéphane Sieckowski-Samier, maire des 2200 habitants d’Hesdin, dans le Nord Pas De Calais, est aujourd’hui plus connu du grand public pour sa folie des grandeurs, ses goûts « bling-bling » et ses ennuis judiciaires.

Lâché par son conseil municipal

A la mi-décembre, 14 membres d’opposition du conseil municipal (sur 19) ont demandé au premier édile la tenue d’un conseil municipal exceptionnel pour « retirer ses délégations au maire ». Les opposants ont listé pour l’occasion 14 manquements de Stéphane Sieczkowski-Samier à sa fonction : « aucune transparence dans le budget et la gestion de la commune », « aucune visibilité sur les dépenses », « dépenses inconsidérées », « dépenses à caractère personnel » -comprenant »pistolet, costume, pressing, restaurants »-,  « abus de pouvoir », pour ne citer que les plus marquants.
Le principal concerné évoque lui « un défaut de motivation » concernant ses troupes, principal argument de sa défense.

Audi de fonction, pistolets, restaurants huppés… Aux frais de la mairie

Dans l’œil du cyclone depuis son élection, le maire d’Hesdin a multiplié les maladresses, contribuant à sa « notoriété ». En 2015, il tente de faire louer une voiture de fonction…. A 20 000 euros ! Une Audi A1 Sportback qui n’arrivera jamais à Hesdin, puisque l’adjointe aux finances de Stéphane Sieczkowski-Samier rendra la demande publique. Le premier édile se rétractera très vite, en égratignant les qualités professionnelles de sa collaboratrice.
Autre fait ayant beaucoup fait parler dans le Nord, les factures de deux pistolets de catégorie C, aux frais de la mairie, alors que les agents de la Police municipale d’Hesdin ne sont pas habilités à les utiliser, une tuile de plus… C’était aussi sans compter sur le train de vie fastueux de Stéphane Sieczkowski-Sanier : costumes de luxes, notes de pressings, restaurants de haut-standing ou installation d’une « salle bien-être » dans la mairie, aux frais du contribuable.

Aujourd’hui, le maire le plus jeune de France est visé par plusieurs mises en examens dans ces dossiers. Le tribunal administratif pourrait être saisi par les opposants du maire, qui pourrait ordonner une mise à l’écart de Stéphane Sieckowski-Sanier. Une procédure qui risque d’être longue, à 15 mois de la fin de son mandat.
En attendant, le premier édile assure toujours ses fonctions, en évitant au maximum les 2200 âmes de sa ville…