Alors que la CGT avait lancé un appel à se rassembler ce soir à l’Hôtel Dieu pour la cérémonie des voeux du CHU de Toulouse avec la présence de Jean-Luc Moudenc, celle-ci a finalement été annulée par peur d’entrave « au bon déroulement de la cérémonie ». Au final, les personnels du CHU étaient quand même présents devant l’établissement.

Dans un communiqué, le CHU de Toulouse a exprimé ses « regrets » quant à l’annulation de la traditionnelle cérémonie des voeux qui devait se dérouler ce soir à l’Hôtel Dieu Saint Jacques. « Une nouvelle fois, un appel a été lancé par le syndicat CGT à entraver le bon déroulement de cette cérémonie des vœux, avec l’objectif de mobiliser hospitaliers, usagers et représentants du mouvement des gilets jaunes. «  Une décision que déplorent les personnels du CHU qui ont quand même répondu présents à l’appel de la CGT. C’est dans un communiqué que le syndicat a annoncé le maintien du rassemblement, en rappelant qu’aucune « entrave » n’était prévue durant la cérémonie. « Il s’agissait de se rassembler mais « face au risque de manifestation, le CHU préfère annuler ses vœux ». On sent l’inquiétude d’une direction incapable de présenter ses vœux sans pouvoir trier ses invité.es. » Ambiance.

Un manque d’échanges

À 17h30, ils étaient donc une vingtaine à s’être rassemblés devant les portes de l’établissement : infirmiers, ambulanciers ainsi que quelque gilets jaunes ont participé à la mobilisation. Banderole « notre santé est en danger » placardée sur les grilles, musique « On lâche rien » en arrière-plan, la motivation était au rendez-vous. Parmi eux, Mathieu Félix, syndicaliste travaillant aux urgences du CHU : « Ils ont peur des manifestations du personnel hospitalier, il faut qu’ils se posent des questions ». Regrettant un manque de dialogue, Mathieu Félix pointe du doigt le manque d’échanges entre la direction du CHU et le personnel.

L’affiche d’annulation de la cérémonie des voeux placardée devant le CHU de Toulouse. / Crédits : Alicia Girardeau

« Il eut été opportun pour M. Moudenc de rencontrer les personnels du CHU qui vivent quotidiennement la « casse sociale » dont il a pu parler dans la presse. En effet, plusieurs services sont toujours en grève, le service de Néonatologie, le service des Ambulances et le service d’Hématologie. Nous aurions pu aussi discuter des centaines de postes supprimés ces dernières années au sein de l’institution, Monsieur Moudenc se souciant fortement des « milliers de licenciements » explique-t-il dans le communiqué.

« Des budgets réduits d’années en années »

Au coeur des revendications, un manque de moyen constant, des suppressions de postes, et des « budgets réduits d’années en années ». « Si des Gilets jaunes sont présents aujourd’hui, c’est qu’ils comprennent ce que veulent dire les plans d’austérité, les privatisations. » affirme Mathieu Félix. En effet, ils étaient quelques Gilets jaunes a rejoindre le mouvement :« On veut soutenir le personnel du CHU. Nous partageons les mêmes idées, les mêmes revendications. C’est important de leur montrer qu’on est là. »

À LIRE AUSSI : https://www.le24heures.fr/2019/01/15/les-blouses-blanches-appellent-les-pouvoirs-publics-a-laide/