C’était une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron. Dès le mois de juin prochain, environ 3 000 jeunes volontaires vont expérimenter le Service national universel. 

Le service militaire fait son grand retour en France ! 3 000 jeunes volontaires âgés de 16 ans vont expérimenter dès juin prochain le futur Service national universel (SNU). Salut au drapeau, Marseillaise, formation aux premiers secours ou encore uniforme, feront partie du programme. 

Dans toute la France en 2020

13 départements ont été sélectionnés pour la première phase de test, et les autres devraient pouvoir accueillir les volontaires dès 2020. Les départements concernés sont : les Ardennes, le Cher, la Creuse, l’Eure, la Guyane, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Saône, la Loire-Atlantique, le Morbihan, le Nord, le Puy-de-Dôme, le Val-d’Oise et le Vaucluse.

Hier, Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation, chargé de mettre en oeuvre le SNU a expliqué à l’AFP que « dès 2020, tous les départements seront en mesure d’accueillir des jeunes. Il faudra quelques années pour que le dispositif monte en puissance et concerne près de 800 000 jeunes à terme. »

À terme, le Service national universel doit s’organiser en deux temps : une phase allant jusqu’à un mois obligatoire, pour les jeunes de 16 ans, puis une phase facultative d’une durée de trois à douze mois. Pendant cette première phase pilote de 15 jours, les jeunes seront hébergés dans différentes structures du département : internats, bâtiments dépendant du ministère des armées, ou encore centres de formation. 

Symboles républicains : salut au drapeau et hymne national

Pour ce qui en est du programme, les journées débuteront par un salut au drapeau et le chant de l’hymne national. Les quinze premiers jours seront consacrés à la cohésion, alors que les quinze suivants à l’engagement individuel, auprès d’une association, d’une collectivité locale ou d’un corps en uniforme. Il y aura également des activités extérieures : parcours en forêt, courses d’orientation ou franchissements d’obstacles, l’occasion de faire des bilans de santé, de maîtrise de la langue française et d’orientation professionnelle.

Pour le moment, le Service national universel (SNU) n’envisage pas d’être obligatoire. Mais la question pourrait être amenée à se poser dans les mois à venir. L’objectif sera de toucher toute une classe d’âge dès 2026.