Le Grand débat national a débuté hier, mais de nombreuses communes partout en France n’ont pas attendu pour ouvrir des cahiers de doléances dès décembre dans leurs mairies. C’est le cas de la commune de Blagnac, où déjà le nombre de revendications, d’idées et de propositions abondent. Nous l’avons consulté, voici une petite synthèse de ce qui en ressort.

« Rétablir l’ISF », « supprimer la CSG », « fin des privilèges » …c’est ce que l’on peut lire dans ce petit cahier « d’écolier » où les blagnacais viennent depuis le 8 décembre inscrire leurs revendications. Sans surprises, les pages noircies pas les habitants portent dans leur grande majorité, le cri de colère des « gilets jaunes ». D’ailleurs nombre de lettres commencent par une reconnaissance et des soutiens au mouvement débuté depuis le 17 novembre dernier. 

« D’accord avec les gilets jaunes… », « J’ai également manifesté. », « ils représentent la voix du peuple »…

Extrait d’un cahier de doléances / Crédits : F.O

Plus de justice sociale

Trois thèmes majeurs ressortent le plus dans le registre : la fiscalité, le social et l’environnement. De nombreuses préoccupations pour plus de justice fiscale telles que : la lutte contre la fraude fiscale, la taxe d’habitation ou encore la taxation des entreprises. Des messages qui témoignent d’un sentiment d’injustice sociale partagé par la majorité.

« Il est nécessaire et urgent de prendre en considération et surtout respecter les contribuables français qui n’ont pas des salaires conséquents. »

Concrètement, c’est le niveau de vie qui est visé. Pour cette petite commune du nord de Toulouse, la revalorisation des retraites et des salaires est une nécessité.

« M.Macron, j’ai bientôt 65 ans, je suis retraité, seule depuis 2015. Je suis sous le seuil de pauvreté (moins de 900 € / mois). J’ai été obligé de recommencer à travailler pour pouvoir survivre… »

« La fin des privilèges »

D’un même élan, la diminution du train de vie de l’État a un goût amer.

« Suppression des privilèges à vie des anciens présidents de la République », « diminution du nombre de députés et sénateurs ainsi que leurs avantages », « non cumul des mandats » pouvaient-ont lire dans ce cahier de doléances. Un moyen selon certains d’économiser plusieurs millions d’euros.

La demande d’une VI ème République est également envisagée qui devrait cette fois-ci, être « gouvernée par le peuple ». La question d’un référendum d’initiative populaire est exposée ou encore la redéfinition « du vote majoritaire ».

De véritables interrogations sur la question de l’environnement

Plusieurs s’interrogent dans ce cahier sur la transition écologique. Des solutions ou des idées y sont partagées comme ce blagnacais de 45 ans qui proposent « l’installation pour les grandes surfaces de panneaux solaires dans les parkings qui protégeront les voitures et qui produiront de l’électricité ». Une solution qui, si elle est étendue au niveau national, devrait « réduire de près de 50 % notre consommation ». D’autres proposent même de « remplacer toutes les diesels par de l’électrique ».

Outre ces idées, toutes viennent contester cette fameuse taxe sur le carburant si impopulaire et l’une des premières revendications entendues sur nos ronds-points.

« Mettre des taxes sur les carburants c’est facile et peu populaire M. Macron » rétorque un autre habitant. Les personnes ayant contribué à ce cahier mettent ainsi l’accent sur la nécessité d’avoir une véritable politique gouvernementale en faveur de l’écologie.