C’est bien une première en Haute-Garonne. Jamais l’association de l’humoriste Coluche ne s’était retrouvée dans cette conjoncture. Crée il y a plus de 30 ans, Les Restos du cœur subissent aujourd’hui une baisse inquiétante de leurs dons. En deux ans, les dons au niveau départemental ont chuté de 50%. Dominique Le Roux, président des Restos du Cœur de Haute-Garonne incite les entreprises à se mobiliser. 

La situation est actuellement urgente pour Les Restos du coeur. Pour sortir au plus vite de cette crise, l’association lance un appel aux dons mais cette fois-ci adressé aux entreprises du département. Cette baisse est liée à 3 facteurs principaux. Dominique Le Roux explique qu’il y a une véritable « diminution des baisses de dons privés. La modification de l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune) a aussi eu un impact sur cette baisse. Le nombre de foyers concerné par cet impôt a chuté. Autre facteur : le prélèvement à la source. Les donateurs pensent à tort, pour eux ils n’auront pas droit à une défiscalisation cette année. C’est tout un ensemble qui peut expliquer cette forte baisse des dons. Cette année, on a perdu près de 30% des dons privés. »

Des Français qui donnent de moins en moins 

Autre facteur, les Français ont aussi moins l’envie de donner et sont peu nombreux à donner aux associations. « Les gens donnent moins c’est sûr. Nos donateurs sont essentiellement des retraités qui sont eux aussi touchés par les difficultés. »

C’est pour cette raison que l’appel aux dons est destiné aux entreprises. « C’est très important pour nous de faire appel aux entreprises. Aujourd’hui, on a des difficultés à fonctionner, à investir. Je pense que les entreprises peuvent fortement nous aider dans des projets. L’idée est de créer des partenariats. Nous comptons sur eux, je demande aux entreprises de jouer un véritable rôle sociétal», affirme Dominique Le Roux. Ce dernier veut également grâce à cet appel, continuer à financer l’insertion. « Nous avons un projet de refonte d’une cuisine d’ateliers d’insertion. Les entreprises pourront ainsi valoriser leur image ». 

Des bénéficiaires inquiets pour leur avenir

Aujourd’hui, Les Restos du cœur en Haute-Garonne, c’est plus de 10 000 bénéficiaires. Des bénéficiaires qui se disent soucieux pour ce qui pourrait arriver dans le futur. Olivia*, jeune bénéficiaire des Restos du cœur (depuis moins d’un an) ne se voit pas en capacité de s’en sortir sans ces aides. Pour elle, « cela serait une véritable catastrophe» et elle ne pense pas être la seule dans ce cas. « Je sais que c’est dur pour les gens de donner ces temps-ci mais ils doivent essayer de penser aux plus malheureux. C’est triste à dire mais le pire peut être envisagé ». 

Pour l’instant, il n’est pas question de penser au pire, affirme l’association. «Aux Restos du cœur, on ne pense jamais au pire ! On va trouver des solutions. Il va falloir se battre mais je pense que les entreprises vont être sensibilisés à cet appel aux dons. » Néanmoins, Les Restos du cœur devront faire des choix impartiaux si et seulement si l’appel aux dons ne fonctionne pas.   

*prénom changé