Depuis quelques jours la polémique fait rage autour des jumelles à l’embryon génétiquement modifié. Si He Jiankui, le docteur chinois auteur de l’opération se dit « fier », les critiques éthiques et les nombreux débats scientifiques suscités remettent en question son intervention.

 

Le 26 novembre 2018, He Jiankui a annoncé la naissance de jumelles qui auraient été immunisé contre le virus du Sida. Au moyen de Crispr-Cas9, cette intervention est une première mondiale qui pourrait être saluée pour son avancée scientifique. C’est cependant l’effet inverse qui s’est produit. Le docteur He Jiankui a été vivement critiqué pour ses travaux, qui vont à l’encontre de questions morales et de sécurité.

 

            Un acte jugé immoral.

Il faut savoir que la modification des génomes humaines est très restrictive. Les Droits de l’Homme déclarent qu’ « une intervention ayant pour objet de modifier le génome humain ne peut être entreprise que pour des raisons préventives, diagnostiques ou thérapeutiques et seulement si elle n’a pas pour but d’introduire une modification dans le génome de la descendance.».

C’est pourtant ces points principaux qui ont créé la controverse : on ne peut affirmer que les bébés étaient contaminés par le virus du Sida, même si leur père est séropositif. L’intervention transformant un génome humain peut alors être associée à une amélioration humaine. Autrement dit, l’objectif n’était pas réellement de soigner une maladie. De plus, toute la lignée des petites filles sera touchée par ce génome modifié.

 

            Une imprudence sur le plan scientifique.

En outre des débats éthiques engendrés, c’est une controverse scientifique qui a condamné les travaux de He Jiankui. En effet, la technique Crispr-Cas9 n’a été découverte qu’en 2012, ainsi beaucoup de questions restent sans réponses au niveau de la sécurité du moyen utilisé pour immuniser les bébés. C’est pourquoi David Baltimore, qui a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1975, a souligné cette imprudence en la qualifiant d’ « irresponsable ».

 

En savoir plus sur l’avenir du docteur He Jiankui : https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/bebes-ogm-le-chercheur-chinois-bientot-au-chomage_2051050.html

 

Lauriane Pelao