C’est dans le cadre du Tomorrow’s Stories Festival à Toulouse, un festival dédié aux nouveaux formats narratifs (tels que la réalité virtuelle ou encore le cinéma interactif), que Ugo Trelis a soumis son projet. L’auteur était un candidat pour tenter de gagner une formation INA au travers d’un concours organisé par les Storygraphes (un groupe qui a pour objectif de mettre en lumière les nouvelles technologies). Il a ainsi proposé son idée : un jeu vidéo relatant sa propre expérience sur un tabou familial. Il a présenté ce projet engagé et divertissant lors d’une conférence vendredi 19 octobre.

Un jeu vidéo autobiographique ?

Suite à une réunion de famille à Noël, la grand-mère de l’auteur a raconté son enfance durant la seconde guerre mondiale, et notamment une histoire dont celui-ci n’avait pas connaissance. Ugo Trelis a appris que son arrière grand-mère Paulette, qui entretenait des relations avec un soldat allemand, avait disparu en 1942. C’est après deux ans sans nouvelles que celle-ci était revenue, un enfant dans les bras. Un épisode de la vie de Paulette qui est devenu un secret familial.

Interpellé par cette histoire, le jeune homme de 26 ans a décidé de faire des recherches pour en savoir davantage. Il a utilisé archives et témoignages jusqu’à avoir l’idée d’associer ceci à son métier : créateur de jeu vidéo.

Comment ça marche ?

« Un jour les témoins disparaîtront » est un jeu documentaire sous forme de bureau d’exploitation (comme si le joueur était sur un ordinateur) qui a pour objectif de faire des recherches sur Paulette. Avec un système de mots clés et de simulation de moteur de recherche, le joueur mène une véritable enquête. Il peut également contacter des personnes avec une application de message et de mail.

Le but du jeu

« Un jour les témoins disparaîtront c’est l’histoire d’une famille, mais c’est aussi l’histoire d’un secret de famille » a expliqué Ugo Trelis. Avec ce jeu, il espère faire naître la discussion à propos de tabous au sein des familles des joueurs et joueuses. Réactiver la mémoire d’un souvenir enfoui pendant trop longtemps est pour le réalisateur quelque chose d’important.

Autre intérêt supplémentaire du jeu : les protagonistes sont des femmes de marins donc issues d’un milieu populaire. Un thème inédit dans le domaine du jeu vidéo.

Cependant, l’inspiration de Ugo Trelis ne lui a pas permis pas de gagner la formation INA, qui a été remporté par Léa Ducré avec son projet : « Eliza »

Pour voir les travaux de Ugo Trelis cliquer sur le lien : http://ugotrelis.com/

Lauriane Pelao J1