21 spectacles, 10 salles, 1 passion : le théâtre ! Voilà ce qui réunit ces hommes et ces femmes depuis maintenant 20 ans. Du 7 au 10 février, des compagnies de théâtre-amateur, toutes originaires d’Occitanie cette année, proposeront leur spectacle dans le cadre du festival « Théâtres d’hivers ». Une occasion pour les festivaliers d’aller au théâtre à un tarif imbattable. Et pour toutes ces troupes, un bon tremplin qui leur permettra de se faire connaître d’un nouveau public. 

Karima Bendib, fière de la nouvelle identité visuelle du festival. / Crédit : Régis DARO

« Tout est parti d’un simple constat en 1998 : les troupes de théâtre amateur manquaient de lieux pour pouvoir proposer leurs spectacles. La Direction de l’Animation Socioculturelle de Toulouse et la Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre et d’Animation se sont alors unies pour créer ce festival. Moi, cela va faire une dizaine d’années que je m’occupe de la coordination du projet et je retrouve toujours la même passion, la même richesse et le même sens du partage », nous confie Karima Bendib, coordinatrice du festival. Sélection des spectacles, accompagnement des compagnies, communication… Karima Bendib à l’œil sur tout pour que la 20e édition du festival soit encore une véritable réussite.

Il est vrai que depuis 20 ans, le festival « Théâtres d’hivers » s’est bien développé. Il a su fédérer une vraie communauté autour de l’événement. Des sponsors sont aussi venus étoffer les rangs. Quant aux compagnies, elles sont de plus en plus nombreuses à vouloir faire partie de la programmation. Aujourd’hui, l’événement rassemble quelque 2 000 festivaliers, de tous âges et de tous milieux sociaux, une des forces de ce festival. Si les causes de ce succès sont la programmation éclectique et l’investissement de chacun, le tarif est, lui aussi, très attractif. Pour 5€ seulement, deux spectacles sont accessibles.

 

 

Une 20e édition pleine de promesses

Affiches et programmes sont disponibles dans Toulouse. / Crédit : Régis DARO

Comme tous les ans, toutes les compagnies de théâtre amateur de France et de Navarre ont été invitées à participer à « Théâtres d’hivers ». Les inscriptions ont pris fin en octobre. Après cette date, la collégiale du festival et les salles de spectacles concernées ont fait leur sélection pour cette 20e édition. De l’humour, du classique, du contemporain, du théâtre jeune-public… Il y en aura pour tous les goûts. La seule contrainte qu’impose le festival, c’est la durée du spectacle : entre 1h et 1h30. En échange, elle promet un plateau digne de ce nom et une salle équipée. Il ne restera plus aux compagnies qu’à prendre connaissance des lieux.

Cette année, 10 lieux ont été retenus. Parmi eux, Le théâtre de la violette, celui de Poche… Mais aussi des lieux de vie, pas proprement dédiés au théâtre, comme la M.J.C Croix-Daurade. Les organisateurs ont également voulu effacer la barrière privé/public pour l’occasion.

Côté théâtre, il y aura les retours des succès parisiens : « Un air de famille » de Bacri & Jaoui par le Théâtre du Grimoire, « Une folie » de Guitry par la Cie Les Callipyges, « Musée Haut, Musée Bas » de Ribes par la Cie Les Onze Coups de Minuit, « Toc Toc » de Baffie parla Cie Ombre et Couleurs ou encore « Si c’était à refaire » de Ruquier par la Cie AJT. Il y aura aussi de la littérature avec une lecture théâtralisée de « C’est tout » de Marguerite Duras, par le théâtre de L’Ecluse . Et puis du burlesque, du jeune public, de l’historique… Une programmation audacieuse à retrouver dans son intégralité : ICI.

3 questions à Marc Momy, présent au festival avec « Ceux d’En-Haut »

Ceux d’En Haut par la Cie Alter&C°. Cc

– Quelle a été votre démarche lors de l’ouverture des inscriptions au festival Théâtres d’Hivers ?

C’est personnellement la 4ème fois en 10 ans que je participe à cet évènement avec 2 compagnies (Flou artistique et Alter&C°) . Lorsque qu’on a un nouveau spectacle à présenter, c’est pour moi, incontournable de postuler à ce festival : on renvoit donc le dossier à Karima en croisant les doigts et puis on attend le verdict du comité de sélection, puis si la pièce est retenue et avec impatience  le lieu qui nous a « choisi » …

– Comment appréhendez-vous l’événement ?

Jouer sur une belle scène d’un théâtre toulousain, ça ne se laisse pas passer ! Ce n’est pas très facile pour une compagnie amateure de se produire hors des festivals : peu de théâtres font confiance aux troupes amateures, peu de théâtres comme le Théâtre de Poche (pour ne citer que lui) nous donne une chance de présenter notre travail en « métissant » leur programmation. S’il existe d’autres festivals amateurs dans la région, C’est le seul festival véritablement «Toulousain», même si de nouvelles scènes hors Toulouse s’associent à cet évènement… C’est d’ailleurs dans la Salle Molière à Launaguet que nous proposons notre spectacle cette année .

– Présentez-nous en quelques mots votre spectacle.

C’est un drame rural … intemporel … une tranche de vie où chacun peut se reconnaitre… Une ferme… peu importe où… peu importe quand… Martin, Rose et le Petit, deux frères et leur sœur, semblent figés là, rien ni personne ne semblant les appeler ailleurs… Lorsque Rose décide de quitter la ferme pour épouser le Roland, Martin et le Petit échafaudent un plan pour la retenir… Trois âmes liées… Inséparables. Je vous garantis de l’émotion vraie vendredi soir à 21h salle Molière !

 

Festival « Théâtres d’hivers », du 7 au 10 février – Renseignements au 05 62 27 44 53 ou auprès des salles du festival – Entrée 5€ pour la soirée d’ouverture et 5€ les deux spectacles