Surveillants pénitentiaire : « On a rien pour se défendre »

Surveillants pénitentiaire : « On a rien pour se défendre »