Créé en 2003 par Pablo Neuman, le Stade Toulousain Handisport s’est imposé comme une référence dans le pays. Le club s’est développé et a même étoffé son palmarès en comptant 5 titres de champion de France et 4 Coupe de France. Mais derrière les victoires se cache une véritable famille qui n’a pas fini d’étendre son talent aux quatre coins de l’hexagone. Découverte.

Le Stade Toulousain, 19 boucliers de brennus et des centaines d’internationaux. Un monstre du rugby à XV de renommée internationale. Le Stade Toulousain Handisport, 5 boucliers de Catusse à son actif (championnat de France) et cinq joueurs internationaux dans son équipe en ce moment. Même en fauteuil, le logo de l’emblématique club haut-garonnais trône sur le maillot. Mieux, l’équipe de quad rugby du Stade Toulousain est championne et vice-championne de France 2017. Le club a hissé sur les deux premières marches du podium ses deux équipes engagées dans le championnat de Nationale 1. Mais alors quel est le secret de cette réussite pour ce sport méconnu, mais qui mérite tant de le devenir ?

« On commence l’entraînement à 12 heures 30. Préparez-vous ça va pulser les gars ! «  Clément Trezeux, entraîneur de l’équipe première de quad rugby annonce déjà la couleur des prochaines deux heures qui vont se dérouler au gymnase Arnauné. Après un rapide briefing sur le déroulement et les objectifs de l’entraînement et de l’organisation du week-end pour le match à Carquefou, les fauteuils se mettent en route. 

Pablo Neuman en préparation avant l’entraînement. Crédit photo : RS.

Les minutes défilent, le cardio et l’intensité de l’échauffement augmentent. Le bruit des roues se fait entendre sur le parquet et les chocs entre fauteuils se font de plus en plus violent. Le coach ne relâche pas la pression et son dynamisme, en frappant dans ses mains, rappelle que le Stade Toulousain Handisport a une réputation à garder. À chaque pause, les joueurs exténués, s’étirent. C’est aussi l’occasion de passer dans les mains du mécanicien pour réparer les fauteuils mis à rude épreuve. Les contacts entre fauteuils sont rudes et les roues ne résistent pas à ces chocs.

Les fauteuils de quad rugby sont spécifiques en fonction de la classification du joueur. Crédit photo : RS.

Après l’échauffement, s’en suit un travail technique de précision sur les passes longues. La voix de Clément Trézeux dans le gymnase ne désemplit pas et la dextérité avec laquelle les fauteuils sont maniés est impressionnante. Le coach augmente la difficulté en disposant des ballons de rugby sur les plots. L’objectif est de n’en faire tomber aucun. Pour clôturer l’entraînement, les joueurs effectuent un match, avec les règles qui régissent ce sport. Soit plus d’une cinquantaine.

 

Le mécanicien, pion essentiel du staff

Le quad rugby ce ne sont pas seulement quatre joueurs par équipe qui s’affrontent. Sans l’apport du personnel, les joueurs ne pourraient pas effectuer leur passion. Pour un déplacement à l’extérieur, c’est pas moins d’un camion matériel, un camion joueur et deux voitures en plus qu’il faut réquisitionner pour se rendre sur le lieu de la rencontre. Un mécanicien est par exemple indispensable à une équipe de quad rugby, c’est le cas d’Esteban qui occupe ce poste depuis le mois de septembre. « J’aide les joueurs à s’installer et à s’équiper. Mais je suis surtout présent pour l’entretien du matériel et des fauteuils. Les changements de roues sont fréquents surtout si l’intensité du match est forte ». 

Esteban et Antoine en pleine réparation d’une roue. Crédit photo : RS.

Louis, auxiliaire de vie est aussi primordial, surtout pour Charles tétraplégique, qu’il suit au club depuis cinq ans : « je donne un coup de main pour les équiper et les installer dans leurs fauteuils, mais aussi pour leur procurer de l’eau pendant les matchs ». Et pour faire connaître cette équipe et ce sport méconnu du grand public pourtant présent aux Jeux Paralympiques, Antoine est chargé de développer la promotion de celui-ci. « Je dois trouver des joueurs, gérer les entraînements et je m’occupe aussi du montage vidéo pour promouvoir ce sport. Quelques fois, je sers aussi de sparring-partner ».  Steven Bruère, préparateur physique de l’équipe est aussi un membre important du staff. Sans lui, les joueurs ne seraient pas au top de leur forme. Enfin, Mélanie, éducatrice handisport et assistant coach, doit aussi étendre la visibilité du quad rugby aux jeunes. « J’axe surtout le développement dans les écoles, les MJC et les CLAE. Je sensibilise le handicap à travers le handisport ».

« Les joueurs se vannent même sur leur handicap »

Mais avant d’être un sport de contact où les chocs sont rudes et brutaux, le quad rugby est surtout un sport collectif où sans l’autre on n’est rien. Tous atteint d’une pathologie, chacun apprend au contact de ses coéquipiers. Comme une vraie famille. On apprend, on écoute et on progresse. « C’est une ambiance bonne enfant, on s’entend tous très bien, joueurs, staff et encadrement. C’est un point positif et on ne fait même plus attention au handicap » note Antonin, le roi des réseaux sociaux. 

« C’est une ambiance bonne enfant, on s’entend tous très bien, joueurs, staff et encadrement ».

Même point de vue pour Louis, l’auxiliaire, « l’ambiance est conviviale et très bonne, tout en restant sérieux dans le haut niveau ». Et malgré leur handicap, les joueurs de l’équipe passent au-delà des différences pour en faire leur force. « Les joueurs se vannent même sur leur handicap. Cette ambiance fait qu’ils veulent atteindre le haut niveau et ils demandent souvent de la qualité à l’entraînement » note Mélanie, présente au club depuis deux ans.

Même si le Stade Toulousain Handisport est loin des 19 Brennus glanés par les rugbymens d’Ernest Wallon, les hommes de Clément Trézeux sont de valeureux combattants qui rien n’arrête. Pour l’instant mal positionné en championnat, ils ne lâcheront pas si facilement leur titre acquis la saison dernière.