Météo : « record de temps pourri » en janvier à Toulouse

Météo : « record de temps pourri » en janvier à Toulouse

capitole_01

La plaine toulousaine a eu droit à un mois de janvier particulièrement maussade. Entre la grisaille et la pluie, le soleil a été très peu présent : seulement 41 heures entre le 1er et le 24 janvier. Un record d’absence. 

 

41 heures ! C’est le record (inversé) du nombre d’heures d’ensoleillement pour le mois de janvier à Toulouse. Habituellement, la Ville Rose est ensoleillée pendant 92 heures,  en moyenne, en janvier. Là, nous sommes en deçà du record de 2009 qui s’élevait à 59 heures d’ensoleillement au cours du premier mois de l’année.

Cela s’explique par un « hiver sous influence océanique sud-ouest« , selon Christophe Mertz, météorologue à Météonews. C’est-à-dire que la grisaille et la pluie viennent de l’océan Atlantique. Cela explique aussi les fortes précipitations de ce mois-ci. Ce sont pas moins de 70 millimètres de pluie qui sont tombées, soit 19 millimètres de plus que les normales de saison. Cependant, concernant la pluie, nous sommes loin des relevés de 1955 où Toulouse avait vu 149 millimètres de pluie au mois de janvier.

 

La douceur bien présente

 

Côté température, la douceur se serait installée d’après Christophe Mertz. « En moyenne, les minimales du mois de janvier sont très douces avec 6,7°. On dépasse à peine le record de l’année 1996 établi à 6,6°« . Pour ce qui est de la moyenne des maximales, relevées l’après-midi, on s’aligne de nouveau sur l’année 1996 : « En moyenne, il a fait 12,8° les après-midis à Toulouse. Ce n’était pas arrivé depuis 1996« , poursuit-il.

Pour le météorologue, cette tendance à battre des records de douceurs avec « un temps pourri » s’expliquerait par le réchauffement climatique.

Rappelons, tout de même, que les années 2016 et 2017 ont été classées comme « les plus chaudes jamais enregistrées » au niveau mondial . L’année 2018 suivra-t-elle à cette dynamique ?

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?