La Chapelle : le plus vieux squat de France devient légal

La Chapelle est le plus vieux squat de France, voire de l'Europe. Crédit : La Chapelle
La Chapelle est le plus vieux squat de France, voire de l'Europe. Crédit : La Chapelle

La Chapelle, connue comme « le plus vieux squat de France, voire d’Europe », a signé vendredi dernier un bail avec le propriétaire des lieux. Ce dernier n’est autre que la mairie de Toulouse.

Située derrière le Conseil Départemental de la Haute-Garonne, La Chapelle était à l’abandon. En 1993, des militants décident de prendre possession des lieux pour empêcher sa vente par le diocèse. Ce qu’ils continuent de faire depuis 25 ans. La Chapelle est aujourd’hui devenue un lieu emblématique de la culture alternative toulousaine. L’association l’Atelier Idéal la décrit comme

« un outil de rencontre, de partage et d’échange au service des projets alternatifs d’une ville à vivre et non à consommer : festivals, assemblées populaires, résidences artistiques, conférences, théâtre, éducation populaire, relais des luttes, etc. »

Un ail emphytéotique de 40 ans signé

La mairie de Toulouse a racheté les lieux pour 200 000€ en 2009. Depuis, de nombreux échanges ont eu lieu avec l’association qui gère La Chapelle. Une longue discussion qui s’est terminée ce vendredi 19 janvier. Le résultat de ce dialogue : la signature d’un bail emphytéotique de 40 ans. Ce terme juridique signifie que les signataires ont les mêmes droits et devoirs qu’un propriétaire. En signant ce bail, la mairie de la Ville rose s’est également engagée à vendre le bâtiment aux militants si ces derniers réussissent à récolter la somme de 100 000 euros en 5 ans. « Cette promesse ne nous engage pas. Elle nous permet de disposer de 5 années pour récolter la somme nécessaire », précise La Chapelle sur le site de sa cagnotte.

Les futurs propriétaires du lieu

Il s’agit là d’une grande avancée pour les militants. Non seulement ils ne peuvent plus être expulsés, mais en plus ses occupants pourront devenir les propriétaires  des lieux. En contre-partie, ces derniers se sont engagés à réaliser les travaux nécessaires pour mettre La Chapelle aux normes légales pour pouvoir accueillir du public. L’association dispose d’un délai de deux ans. Pour financer ses travaux, La Chapelle a lancé une campagne de financement participatif sur internet. Grâce à elle, l’association a récolté 32 245 euros de dons.

 

 

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?