5 rappeurs francophones prometteurs pour 2018

5 rappeurs francophones prometteurs pour 2018

Les ventes d'albums de rap cartonnent en France, à chaque année son buzz culturel / Crédit : PxHere
Les ventes d'albums de rap cartonnent en France, à chaque année son buzz culturel / Crédit : PxHere

2017 aura été un grand cru pour le rap francophone. En 2018, de nombreuses pépites pourraient partir à la conquête du rap game. Damso, Niska, Orelsan et PNL ont vendus plus de 300 000 albums chacun et sans oublier les Tournefeuillais Biglo et Oli dont l’album La Vraie Vie s’est écoulé à 250 000 exemplaires. Face à ces réussites voici 5 rappeurs francophones qui pourraient jouer de leur diversité musicale pour percer définitivement en 2018.

 

Lord Esperanza ou la trap consciente

Après avoir appartenu à différents crews, Lord n’a que 21 ans. Il y a 3 ans, il signait déjà chez le label Modulor. Avec une voix et un flow qui lui sont singuliers, ses textes posés sur des instrus plutôt trap (son dernier EP Drapeau Noir a été entièrement produit par majeur-mineur) oscillent entre ego trip et dénonciation des maux de la société. C’est un feat avec Django et Eden Dillinger qui l’a fait connaître du grand public.

Aujourd’hui, Lord Esperanza continue sa montée en puissance. Espérons qu’il arrive à devenir, comme il se surnomme, « l’enfant du siècle. »

 

Nelick, le vent de fraîcheur

Il formait le duo Pala$$ avec Lord Esperanza, originaire de Paris, Nelick gratte ses textes depuis plusieurs années maintenant. De 2014 à 2017, il sorti des « recueils de sons » qu’il a publié lui-même :    « Load 22% », « Load 52% » et « Load 94% », comme pour faire le parallèle avec une barre de chargement avant la sortie d’un véritable projet concret.

En attendant, il arrive à démontrer une véritable diversité dans son style. Il manie le voicecoder et les instrus planantes mais c’est aussi un rappeur technique qui se sert de prods plus lourde. Un éventail de possibilités qui pourraient lui ouvrir de nouvelles portes.

Ce son Océan 2077 a cartonné avec plus d’un million et demi de vues.

Swenz, le rappeur soundcloud

C’est un phénomène dont nous vous parlerons prochainement. Aux États-Unis, de nombreux rappeurs ont explosé grâce à la plateforme de streaming soundcloud. En France, aucun n’a réussi ce genre de  » self-made succes « . Si sur Youtube et Facebook Moha La Squale a explosé en fin d’année 2017 en donnant rendez-vous tous les dimanche à sa fanbase, Swenz fait la même chose avec son #mercrediswenz sur soundcloud

Depuis 46 semaines maintenant, le rappeur des Yvelines diverti ses followers à coup de prod trap diverse et variées, souvent bien lourdes. Bon technicien, il arrive à placer ses gimmicks sympathiques sur des textes ego-trip. Fortement influencé par l’univers des jeux vidéos et des mangas, les amateurs devraient apprécier !

 

 

Liksa, le toulousain

Non la scène du rap toulousain n’est pas monopolisée par les frangins Bigflo et Oli. Depuis 6 ans, Liksa se contentait de mettre ses sons sur Youtube et Facebook. Vainqueur du tremplin de progrès son en 2017, il a sorti un EP appelé « Embryon » en juillet dernier, premier projet concret du jeune homme. Dans une interview pour le site Dans ton jukebox il a annoncé la préparation d’un deuxième EP que l’on attend avec impatience !

Loud, le québecois

 

Si vous êtes amateur de rap américain, le rap québecois pourrait vous plaire. Plusieurs artistes ont percé outre-atlantique. Parmi eux un certain Loud. Alors oui, il faut s’habituer à l’accent mais une fois que vos oreilles se seront acclimatées, il sera possible de mieux saisir les textes et de profiter des avantages qu’offrent les rappeurs québécois : mêler Shakespeare et Molière le tout sur des instrus aussi différentes les unes des autres.

Et puis, quoi de mieux que de faire découvrir à ses potes des sons qui se distinguent de ce qu’on écoute habituellement en France.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?