Urbanisation : la Reynerie se change

Plusieurs projets sont en cours ou à l'étude / Crédit : Mairie de Toulouse
Plusieurs projets sont en cours ou à l'étude / Crédit : Mairie de Toulouse

4,8 millions d’euros. C’est le coût des bâtiments accueillant la nouvelle CAF et le nouveau centre social, inaugurés ce lundi 15 janvier à la Reynerie par le maire Jean-Luc Moudenc. Fin d’un premier projet qui pourrait en entraîner d’autres … Face à ces mutations, comment les habitants du quartier accueillent ces nouveautés ?

 

Projet « parc-lac-château » et centres publics

Pour le moment, nul ne souhaite y faire trempette, mais le lac de la Reynerie pourrait bien accueillir des activités nautiques à l’horizon 2019. Après avoir vidé, nettoyé et rempli ce bassin d’environ 250 mètres de long, la baignade pourrait bien devenir une réalité. Au-delà du lac, c’est le parc et le château qui sont aussi visés. Des travaux seront conduits sur le château afin de pouvoir effectuer des visites touristiques, ainsi que dans le parc, classé « monument historique » depuis le 13 août 1963.

Dans cette politique de renouvellement urbain menée par la mairie de Toulouse, plusieurs projets sont à l’étude. Après une enquête publique menée en octobre 2017, un bâtiment public devrait lui aussi voir le jour. Prévu pour fin 2019, cet espace regroupera une maison de la citoyenneté, un centre d’animation et des logements sociaux à proximité de la place André Abbal.

La création d’un petit centre commercial serait aussi à l’étude. Mais sa réalisation est peu probable au vu de la proximité avec Basso Cambo.

 

Pour les habitants « c‘est mieux qu’avant »

Dans l’ensemble, ces nouveautés sont bien accueillies par la population.. Karim habitait à la Reynerie, il y retourne « de temps en temps, pour aller au marché ». Selon lui « il y a plus de services, c’est un quartier qui est mieux qu’avant », il faut donc « continuer la modernisation ». Rihai aussi est satisfaite, cette mère de famille « en a marre de la délinquance » et pense que « les loisirs emmèneront du vivre-ensemble ».

Hacine tient un kebab. « Tous ces projets, ça va ramener du monde » espère-t-il, mais « il ne faut pas que la mairie fasse les mêmes erreurs qu’avant, c’est-à-dire construire sans réfléchir ».

Ahmed, membre du Toulouse Bboying Club, association de culture urbaine pense que « tous ces projets peuvent être utiles ». Par exemple, « la destruction des grandes barres d’immeubles a changé le visage urbain du quartier, ça fait du bien » mais pour lui, « il n’y a pas que ça, les gens ont surtout besoin de travail ».

Mais tous les habitants ne sont pas du même avis. Par exemple, Soulaimane et sa fille Ahlem ne sont pas satisfaits du nouveau centre social. Pour eux « la priorité n’est pas là, il faut plus de sécurité ». Ils ajoutent « c’est mal organisé pour ceux qui habitent derrière, quand on sort du métro, on doit faire le tour du bâtiment. Alors oui, c’est beau, c’est nouveau, mais il est mal placé ».

« Je regrette le projet de la maison de l’image, il faut que la Reynerie soit un vrai quartier avec des éléments attractif » dit Jean-Louis qui habite ici depuis plusieurs années. Face au nouveau centre social, il reste dubitatif « est-ce que construire un bâtiment ça change tout ? Je ne pense pas. Il y a besoin d’un changement en profondeur, développer tout ce qui pourrait donner des perspectives aux jeunes de trouver du boulot, de créer des entreprises ».

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?