Blocus des surveillants de prison à Seysses : les gendarmes les délogent

Blocus des surveillants de prison à Seysses : les gendarmes les délogent

Les gendarmes sont intervenus devant le centre pénitentiaire de Seysses. Crédit photo : Samy Benattia
Les gendarmes sont intervenus devant le centre pénitentiaire de Seysses. Crédit photo : Samy Benattia

Une soixantaine de surveillants de la prison de Seysses se sont de nouveau mobilisés ce jeudi 18 janvier au petit matin. La réunion, du mercredi soir, entre les secrétaires généraux des syndicats pénitentiaires et la Garde des Sceaux a permis d’établir une feuille de revendications. Celles-ci sont étudiées, en ce moment même, par le ministère. Les gendarmes sont intervenus dans la matinée pour les déloger. 

Détermination dans le regard, les surveillants du centre pénitentiaire de Seysses veulent montrer qu’ils sont là. « On n’arrêtera pas tant que toutes nos revendications soient satisfaites par l’État« , insiste Jean-Pierre Soudier-Miquel, secrétaire local UFAP-UNSA justice.

Les surveillants ont bloqué les entrées de la prison pour retarder l’accès au parloir des familles et les extractions judiciaires. Les gendarmes sont intervenus dans une ambiance plutôt bon enfant.

« Il était important de bloquer symboliquement la prison pour montrer qu’on est déterminé à aller jusqu’au bout. Mais nous ne sommes pas en opposition frontale avec les forces de l’ordre, nous sommes conscients qu’ils appliquent leurs ordres« , détaille Nicolas François, secrétaire local SPS (syndicat pénitentiaire des surveillants, ndlr).

Les retards pris pour les extractions judiciaires ne s’élèvent pas au-delà de 30 minutes.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?