Deux Occitaniens sur trois favorables aux onze vaccins obligatoires. C’est le résultat d’une récente étude de l’INPES au sujet de la nouvelle injonction du gouvernement. Les parents sont-ils tous sur la même longueur d’ondes ? 

 

La décision ne laisse pas les parents indifférents. Depuis le début de cette nouvelle année, ce ne sont pas trois mais onze vaccins qui sont prescrits, de manière obligatoire, aux enfants de moins de deux ans. En Occitanie, ce sont près de trois quarts des personnes qui se disent pour cette nouvelle mesure, selon une étude l’INPES.

Le Docteur Courrèges accueille des familles à son cabinet chaque semaine. Si la plupart d’entre elles sont favorables à la vaccination, il nous explique pourquoi certains parents peuvent développer une « aversion » à l’encontre de ces nouvelles injections obligatoires.

 

 

Des avis mitigés chez les parents

Chez les parents, certains ne voient aucun inconvénient à l’idée de faire vacciner leurs bambins.

En revanche, d’autres craignent en permanence les effets secondaires des injections. C’est le cas de Nathalie, qui amène son enfant se faire vacciner, sans grande conviction.

Une méfiance à l’égard de certains vaccins

En Occitanie, une étude de l’INPES révèle que 2 personnes sur 5 observent une réticence envers au moins un vaccin. Parmi eux, les remèdes contre la grippe et l’hépatite arrivent en tête.

Pour cette étude, plus de 1 000 personnes dans la région Occitanie ont répondu à un questionnaire de l’INPES.

 

A partir du 1er juin prochain, les structures qui accueillent les enfants (écoles, crèches, relais d’assistantes maternelles…) seront en mesure d’effectuer des vérifications sur les vaccins à jour.

 

Jade Letard-Methon & Mélodie Fourcade