S'adapter au rythme des touristes

L’anecdote de Christian : les pisteurs des hôtels-restaurants

Autrefois quand on arrivait devant un hôtel, on avait un pisteur qui trouvait une chambre ou un restaurant. Et s’il avait une belle allure, on rentrait. Si on était bien accueilli, on restait.

Les gens découvraient sur place, ils ne choisissaient pas à l’avance où ils allaient manger …

Bienvenue à la Table du curé !

Les restaurants sont partie prenante de la vie économique de la cité de Rocamadour. Avec près de 2 millions de visiteurs en haute saison, cette cité médiévale est rythmée par le tourisme. En 2013, elle a même décroché le titre de « station touristique. » Une récompense qui lui permet de devenir  une destination d’excellence en France. 

La Table du Curé est un restaurant tenu par Patrick Sorel. Dans la famille Sorel,  on est restaurateur de père en fils. Cette année, c’est la quatrième saison que Patrick Sorel accueille les touristes dans son restaurant de Rocamadour. Il est uniquement ouvert pour la saison touristique, qui commence en avril et se termine aux vacances de la Toussaint. Patrick n’est pas un Amadourien de naissance, comme la majorité des restaurateurs de la cité. Il a été charmé  par cette cité imprégnée d’histoire et connue pour son tourisme très lucratif.

Votre restaurant est-il ouvert toute l'année ?

Non.

Nous sommes simplement ouverts pour la saison touristique, c’est-à-dire à partir du 1er avril, et jusqu’au 30 octobre environ. En général, nous attendons la fin des vacances de la Toussaint pour fermer, car les fêtes religieuses attirent encore des touristes en raison du Sanctuaire. Mais pour le reste de l’année, Il n’y a plus beaucoup de monde, donc nous fermons pour cinq mois.

Quel est le mois le plus important pour vous ?

En tant que restaurateur, le mois le plus important se situe pendant l’été. Le plus souvent, c’est au mois d’août que je fais mon plus gros chiffre. Sur le seul mois d’août, je réalise plus d’un tiers de mon chiffre d’affaires, ce qui est colossal. Les deux mois d’été sont donc essentiels pour le bon fonctionnement du restaurant.

Pourquoi ne pas rester ouvert l'hiver ?

Si nous prenons en compte les charges, les salaires, la nourriture et les loyers du restaurant à payer, le calcul est simple. C’est plus rentable pour nous de fermer pendant les 5 mois d’hiver. Si nous restions ouverts, on perdrait de l’argent.

Etant donné que plus d’un tiers de notre chiffre d’affaires se fait au mois d’août, cela nous permet de nous prendre des vacances et de mettre les salariés en congés. Car pendant toute la saison touristique, le rythme est intense pour tout le monde.

 

Pourquoi avoir choisi Rocamadour ?

Je ne suis pas sur Rocamadour depuis longtemps, cela fait seulement quatre ans. Mais pour moi, c’était une évidence de venir travailler ici quand on sait qu’il s’agit du deuxième site touristique de France. Il y a énormément de passage, donc on est sûr de pouvoir travailler. Restaurateur est un métier avec beaucoup d’incertitudes car nous sommes complètement dépendants des touristes, mais ici, il n’y a aucun risque ! 

S’adapter au rythme des touristes

Pour les commerçants de Rocamadour, la plus grosse partie du chiffre d’affaires est réalisée pendant la période estivale. Une période essentielle pour les acteurs du tourisme de la cité, qui accueille plus d’un million de visiteurs sur ces deux mois d’été. Le rythme d’ouverture des commerces de Rocamadour est donc rythmé par la fréquentation touristique. Mais certains commerçants cherchent à se renouveler, afin de rester ouvert même en basse saison.

Muriel, salariée d’un commerce de vente de foie gras explique le nouveau rythme de travail du magasin où elle travaille : « normalement, nous fermons après les vacances de la Toussaint et nous ne rouvrons qu’au mois de mars, mais cette année, nous allons essayer d’ouvrir pour les quinze jours des vacances de Noël en plus. Nous allons donc tester cette année pour voir si cela est rentable pour nous. »

Profiter de la renommée du Sanctuaire

Le Sanctuaire de Rocamadour est reconnu comme haut lieu de la chrétienté, et attire chaque année des milliers de touristes et de pèlerins, très présents lors des grandes fêtes religieuses comme Pâques ou Noël. L’objectif des commerçants est donc de profiter de la renommée du Sanctuaire pour tester un nouveau rythme d’ouverture, et faire fonctionner les commerces presque toute l’année.

Les commerçants de Rocamadour sont en recherche constante de changement. Et ce changement passe par l’adaptation au rythme de fréquentation des pèlerins, qui font vivre Rocamadour en basse saison touristique. A Rocamadour, l’avenir se trouve aussi en basse saison, avec les pèlerins et touristes du Sanctuaire.