A PROPOS DE NOUS – WEBDOC PROSTITUTION

Qui sommes-nous ?

Récits, enquêtes, dessins, mise en page : Tout sur le projet

COMPOSITION DE L’ÉQUIPE :

Nous sommes une équipe 100% féminine, composée d’Eléonore ESTER, Justine CAZAUX, Clara BLONDELLE, Élisa JORDAN et Maeva CURUTCHET. Nous sommes toutes les cinq étudiantes en journalisme à l’école ISCPA de Toulouse et nous avons à coeur de vous présenter un projet réalisé en plusieurs mois  sur le thème de la prostitution numérique.

 

COMMENT TOUT A COMMENCÉ :

Ayant eu la possibilité de choisir notre sujet, il nous paraissait avant tout important d’évoquer ce monde un peu flou, dans lequel, au départ nous ne connaissions que très peu de chose et surtout d’aller au-delà des préjugés. C’est pourquoi nous nous sommes lancées dans cette aventure et avons décidé de laisser la parole à des intervenants qui ont cru en nous et en ce projet. Grâce à eux, nous pouvons désormais connaître les réalités du métier de travailleurs/travailleurses du sexe sous plusieurs angles et ressortir en ayant acquis de nouvelles connaissances, sur un milieu encore trop peu connu aujourd’hui.

La prostitution est un sujet tabou qui fait couler beaucoup d’encre dans le monde du journalisme. Cependant, peu d’entre eux se penchent réellement sur les conditions d’exercice de ces métiers et laissent encore trop peu de parole aux travailleurs/travaillleuses du sexe.

Pour finir, nous souhaitons remercier l’intégralité de nos intervenants pour leur participation, à savoir : Aydeen, Catalya, Bernard, Michel, June, ainsi que Valérie-Anne et Adèle.

 LE DÉROULEMENT DU PROJET : 

Les témoignages ont été recueillis par les membres du groupe, parfois toutes les cinq, parfois à comité plus restreint. Les faits ont été retranscrits et partagés entre différentes thématiques pour traiter la prostitution numérique dans les aspects les plus pertinents (entreprenariat, argent facile et nécessaire, utilisation des sites et aspect juridique). Des liens journalistiques ont été écrits afin de rejoindre témoignages et travail journalistique. La collecte d’informations s’est déroulée en plusieurs coups de téléphone (avec quelques fois des menaces de mort de la part de proxénètes), déplacements et rencontres tout aussi enrichissantes les unes que les autres. Les intervenants ont été dessinés, à l’exception du visage des policiers par soucis d’anonymat. Le visuel permet à la fois la sécurité de l’identité et la présentation du monde de la prostitution. 

Retourner à l’enquête