La médiation animale : l’incroyable pouvoir des animaux sur nos maux

La médiation animale trouve aujourd’hui une place grandissante dans des institutions telles que les hôpitaux, maisons de retraite et écoles. Elle attire un nouveau public, suscitant un enthousiasme croissant en capitalisant sur le lien puissant entre l’homme et l’animal. Axée sur l’amélioration du potentiel cognitif, physique, social et affectif, la médiation animale bénéficie particulièrement aux personnes en situation de handicap, facilitant la communication, le soin de l’autre et la gestion des troubles du comportement et de l’angoisse.

Jusqu’à présent peu connue, la médiation animale connaît depuis quelques années une ascension fulgurante auprès du grand public. De plus en plus d’hôpitaux, maisons de retraite ou encore écoles ont recours à la pratique. Pourtant, celle-ci ne date pas d’hier bien au contraire. Selon l’Association Française de Thérapie Assistée par l’Animal (AFTAA), on retrouve les origines de cette utilisation de l’animal en médiation, au IXe siècle, chez nos voisins belges. À l’époque, on confiait alors à certains malades en convalescence des oiseaux, à entretenir, au sein des établissements de santé. Mais l’utilisation de la pratique s’est illustrée tout au long de l’Histoire et notamment dans les pires heures de l’Humanité : les guerres. Il était fréquent au seins des établissements de convalescence pour les blessés de guerre, d’y trouver des animaux. Leurs présences semblaient favoriser la guérison des patients et les aidaient à mieux accepter leur handicap soudain. Au fil du temps, la pratique à évolué et est aujourd’hui en pleine expansion. Souvent délaissée ou peu considérée, la médiation animale attire aujourd’hui un tout nouveau public, “ C’est de la pure folie, on fait de plus en plus appel à nos services. Que ce soit par des particuliers ou par des écoles,collèges, ou encore maisons de retraites, on constate un vrai engouement pour la pratique ”, explique Marine Falleti, éducatrice spécialisée en médiation animale chez Média Canin.

La médiation animale, un remède thérapeutique

Les définitions peuvent varier en fonction des personnes et de leur approche de la pratique. Cependant, tous s’accordent sur le fait que la médiation animale s’appuie sur le lien fort qui existe entre l’Homme et l’animal dans le but de maintenir ou d’améliorer le potentiel cognitif, physique, social ou affectif des personnes. “L’animal ne juge pas et ne juge jamais, il aime inconditionnellement et est entier. Quand il sent que l’on ne va pas bien, il est là proche de nous, on va sentir sa présence. Puis même d’un côté sensoriel, juste le fait de câliner un animal peut réconforter”, explique Marine Falleti. L’animal est alors utilisé en tant que médiateur dans une triangulation de la relation entre lui, l’intervenant en médiation et le participant. L’objectif étant de permettre à ce dernier d’atteindre, avec l’aide de l’animal, des objectifs fixés dans le cadre de son projet individuel. La médiation par l’animal a pour objectifs d’apporter aux personnes un bien-être, de développer leur dextérité, de stimuler les capacités cognitives, d’améliorer leur autonomie, de créer ou recréer des liens sociaux. Cette pratique, bien qu’ouverte à tous, trouve une audience fidèle auprès de personnes en situation de handicap. “Pour les enfants atteints d’ autistes par exemple, la médiation animale va les aider dans leur communication, à mettre des mots sur ce qui se passe et leur apprend aussi le soin. Quand les enfants donnent à manger aux animaux, il y a un réel échange qui leur permet de prendre soin de l’autre. On peut aussi améliorer la psychomotricité, quand on découpe des légumes ou qu’on ouvre les clapiers. On travaille aussi sur les troubles du comportement, ça aide beaucoup à se poser, à se canaliser. Idem pour la gestion des angoisses et l’apaisement notamment chez les personnes anxieuses”, relate Érika, intervenante en médiation animale au sein de l’association Pila Pillus.

Des animaux triés sur le volet

La médiation animale est une approche thérapeutique qui implique l’utilisation d’animaux dans le but d’améliorer la santé physique, émotionnelle et sociale des individus. Différents types d’animaux sont utilisés dans la médiation animale en fonction des besoins spécifiques des participants et des objectifs thérapeutiques. Les espèces les plus répandues dans la pratique sont les chiens, les ânes, les cochons d’Inde ou encore les chèvres. Mais selon le caractère de l’animal tout reste possible. “On adapte les animaux en fonction du public. Moi j’utilise, des lapins, des cochons d’indes, des chiens, des chèvres, des poules, un âne et bientôt un furet”, raconte Erika, l’intervenante en médiation animale. La formation des animaux pour la médiation animale nécessite du temps, de la patience et des compétences spécifiques. Il est essentiel que les animaux utilisés dans la médiation animale soient bien entraînés, socialement adaptés et capables de gérer diverses situations. “Nous sélectionnons des animaux calmes, socialement adaptés, en considérant leur race, tempérament et âge. Il faut progressivement les familiariser avec l’environnement, favoriser la socialisation avec les humains et les animaux, ainsi que renforcer les comportements désirés. On habitue les animaux aux stimuli potentiels de la médiation et on pose les limites pour assurer la sécurité. Une fois ces éléments maîtrisés, on commence les interactions avec des personnes ayant des besoins particuliers”, précise Edith Panero Farano, éducatrice spécialisée en médiation animale chez Média Canin.


Le déroulé d’une séance de médiation animale
“Les séances durent approximativement une heure. Pour les enfants notamment, il va être très difficile de rester concentrer au-delà de cette durée. J’évalue les résultats des séances pour améliorer les prochaines séances”, explique Erika. Chaque séance de médiation animale est adaptée aux besoins spécifiques des participants, et les activités sont choisies en fonction des caractéristiques de chaque animal et des objectifs thérapeutiques. Il est de même pour la nécessité des séances, qui dépend entièrement des besoins des personnes concernées.”Tout dépend, c’est vraiment du cas à cas. Certains vont avoir besoin que d’une séance et d’autres dix, cela varie. En général, il faut compter au moins cinq séances pour pouvoir apercevoir de réels progrès. Sachant que le prix d’une séance varie entre 80 à 100 euros selon les besoins”, raconte Marine Falletti. Bien que toujours discutée sur sa véracité, la médiation animale à encore beaucoup à prouver et attire de plus en plus de scientifiques en quête de prouver “a+b” que nos amis à quatre pattes peuvent soulager nos maux.
La médiation animale, en tant que pratique thérapeutique, offre un terrain propice à la science pour étudier les interactions entre les êtres humains et les animaux Les recherches dans le domaine de la médiation animale ont connu une croissance significative.

Auteur / autrice