The Wild Puzzle, de l’art dans les mains des joueurs

Affiche de la boîte du puzzle
Boîte du puzzle en forme de dinosaure créé par Pan Wang ©Louane Jean

Pan Wang a fait naître à Toulouse un puzzle d’un nouveau genre, qui pousse les initiés à réfléchir différemment. Cette discipline qui aide les adultes et les enfants en quête de concentration et d’éveil change ses contours pour plus de difficulté et de défis.

Affranchis des formes géométriques, des pièces identiques et du carton, c’est le puzzle nouvelle génération. « Quand le puzzle à une forme carré, tout le monde commence par le bord, mais moi je ne veux pas donc je change la forme. Ça force les clients à commencer par d’autres pièces et c’est bien plus complexe, c’est une autre manière de réfléchir. » explique Pan Wang, créatrice de The Wild Puzzle. Jeune entrepreneuse chinoise de 35 ans vivant en France depuis 2009, Pan a créé son entreprise en 2018 après avoir quitté son job dans le revêtement spatial. Grande amatrice de jeux, elle enchaîne les formations pour devenir auto entrepreneuse et prend des cours pour apprendre à utiliser une imprimante laser bois.

Elle veut produire des puzzles aux formes uniques, ronde, en forme de nuage, de tête de panda, de théière, etc. Mais pas seulement, dans un puzzle, pas une seule pièce n’est identique à une autre, s’il y a 160 pièces, les 160 sont uniques. Pour ce qui est du matériau utilisé, fini le carton, place au bois. Plus résistant, il permet de faire des pièces petites et précises au laser. Elle travaille en collaboration avec des artistes Toulousains qui lui prête leur talent pour faire naître des designs divers et varier.

C’est lors du Noël de l’année 2019 qu’est commercialisée sa première création. C’est le magasin Art et Jeux dans le centre de Toulouse « Le gérant est vraiment gentil, il a bien mis en avant mon puzzle pour m’encourager à continuer dans mon projet. Grâce à ça, le premier a plutôt bien marché ! » se réjouit la jeune femme. Malheureusement pour elle, à peine quelques mois plus tard, une pandémie mondiale a pointé le bout de son nez, la stoppant net dans son élan.

Toujours une idée derrière la tête

Après l’arrivée du COVID-19, la recherche d’artistes et d’innovations pour créer de nouvelles séries s’est accélérée. Pour la création des puzzles, l’idée se forme dans la tête de Pan. Elle imagine d’abord une forme, plutôt atypique « Je me suis dit que je voulais faire la forme d’un sablier, avec un côté un peu spatiale, mais aussi un lien avec la Terre. » raconte-t-elle. Une fois réfléchit, elle rencontre l’artiste, Meu Quarteliê, qui est intéressé et avec qui elle souhaite travailler sur le projet. Elles se retrouvent pour faire mûrir l’esquisse « On a fait des brouillons ensemble dans un café sur un mouchoir. » mime-t-elle en rigolant.

Après ça, Pan s’occupe de créer la forme qui lui convient et de préparer la forme des pièces qui formeront le puzzle et l’artiste finalise le dessin. Pour le sablier, c’est aller rapidement des deux côtés, mais ce n’est pas toujours le cas « Parfois, on a les idées, mais on n’arrive pas à s’exprimer, donc ça prend du temps. Les nouvelles créations ne sortent pas de façon régulière, chacun va à son rythme. » informe Pan. Une fois que tout est fait, l’œuvre est convertie en version numérique pour être envoyé à la machine qui va l’imprimer sur le bois. Puis s’en suis le découpage des pièces du puzzle avec une seconde machine à laser avec une pointe de 0,002 mm, ce qui permet de faire des formes petites et très précises. Voilà, le processus de création est terminé, le puzzle est fin prêt. À ce jour, The Wild Puzzle commercialise douze puzzles, dont les prix varient entre 18 et 70 euros.

Un packaging en matière recyclé

L’entrepreneuse souhaite aussi s’insérer dans une démarche écoresponsable. Les boîtes qu’elle utilise sont certifiées FEC par l’Union européenne. Elles sont faites en matières recyclées, ce qui coûte beaucoup plus chère que du simple carton « Ça permet de réutiliser des ressources qu’on gaspille. Malgré le prix, je trouve que c’est nécessaire pour préserver la planète à ma petite échelle. » avoue timidement Pan. Elle sait que le prix de la boite et du sachet, qui contient les pièces du puzzle, fait grandement augmenter celui du puzzle en lui-même. Malgré le fait qu’il possède le label Fabriqué en France et qu’il soit respectueux de la planète, le montant élevé est dissuasif pour de nombreux clients. Mais Pan Wang ne se décourage pas et continue ses recherches pour avoir un produit de qualité qui lui correspond à moindre coût pour elle et les acheteurs. « Mon but final est de faire grandir mon entreprise, vendre à des grossistes pour avoir des rentrées d’argent fixes et exporter partout en France et à l’étranger. » assure-t-elle les yeux plein d’espoir.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?