Hausse des prix du carburant : pourquoi ne cessent-ils d’augmenter ? 

Le carburant ne cesse d'augmenter en France.
Le carburant ne cesse d'augmenter en France. ©Pixabay

Depuis 2017, le prix du carburant ne cesse d’augmenter. Une telle flambée est depuis lors l’objet de nombreux mouvements de protestations. Retour sur une hausse qui fait scandale. 


Cela fait maintenant plus de six ans que le prix du carburant connaît une augmentation notoire. Une flambée à l’origine notamment du mouvement des gilets jaunes en automne 2018. À ce moment-là le prix du diesel affichait en moyenne un prix d’1,45€ par litre de carburant sur le territoire français. En parallèle, le sans plomb 98 atteignait 1,50€ par litre. Depuis, le carburant n’a cessé d’augmenter, laissant les Français en proie aux difficultés de mobilité liées à l’inflation. 

Entre 2017 et 2022, le gazole, carburant le plus utilisé par les français, a connu une augmentation de plus de cinquante centimes. De son côté, le sans-plomb 98, dont le litre coûtait en moyenne 1,48€ en 2017 affiche désormais plus d’1,83€, soit là aussi une augmentation de presque cinquante centimes. Le sans-plomb 95 lui aussi ne déroge pas à l’augmentation en passant d’1,42€ à 1,76€ en moyenne par litre en six ans. Seul le GPL, peu utilisé, connaît une augmentation plus faible que les autres carburants avec une différence de vingt centimes entre 2017 et 2022. 

Comment se décompose le prix à la pompe ?

Plusieurs facteurs expliquent l’augmentation incessante du carburant. Tout d’abord, la crise sanitaire. Les confinements liés au coronavirus ont entraîné l'effondrement du cours du pétrole. Lorsque la situation a pu de nouveau être stabilisée, les prix ont explosé pour pallier le retard économique engendré. Mais, même si la demande est de nouveau plus élevée grâce à la reprise normale du cours de la vie, les producteurs eux ne peuvent pas répondre à ces commandes croissantes. Trop de demandes lié à un taux de production affaibli entraînent donc une hausse du prix du baril.

Actuellement, le baril affiche un prix de 91 dollars, soit 20 dollars de plus qu’en octobre 2021. Outre le prix du baril et l’impact de la crise sanitaire, les taxes jouent un rôle important sur le prix à la pompe.  Elles représentent 56% du prix du carburant. Les taxes englobent la Taxe Intérieur de Consommation sur les Produits Énergétique (TICPE) et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). 

On peut observer sur les graphiques ci-dessus que le détail des prix du gazole et du sans-plomb 95, les deux carburants les plus utilisés par les Français, comportent des similitudes. Sur des prix de 1,69€ pour le litre de gazole et 1,77€ pour le sans-plomb 95, leur coût de distribution représente respectivement 18 et 19 centimes. La TVA est similaire avec un taux de 16 centimes. La principale différence réside ici dans la part de la TICPE, plus importante dans le prix du sans-plomb 95 que dans celui du gazole au sein duquel la cotation Rotterdam prend le dessus. 

Face aux variations continuelles du prix du carburant et à la baisse du pouvoir d’achat, les Français tirent depuis quelques années la sonnette d’alarme. Pour pallier le mécontentement, un chèque carburant d’un montant de cent euros a été mis en place en octobre 2021. Il a été versé notamment par les employeurs aux familles les plus précaires. Certaines enseignes comme Leclerc ou Intermarché ont également mis en place des opérations spéciales qui permettent au consommateur de payer leur carburant à prix coûtant.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?