Les abords des écoles de Toulouse sont-ils assez sécurisés ?

Action du collectif ANV-COP21 aux abords de l'école Patte d'Oie à Toulouse
Piste cyclable fictive aux abords de l'école Patte d'Oie à Toulouse ©Romain Agard

Dimanche 30 janvier, des activistes de l’association ANV-COP21 ont tracé une piste cyclable fictive devant l’école Patte d’Oie, quartier Saint-Cyprien. Objectif, sensibiliser aux mobilités douces aux abords des écoles.

Une quinzaine de membres du collectif ANV-COP21 (collectif d’action non-violente pour relever les défis climatiques) ont peint une piste cyclable fictive sur la Rue de Cugnaux, aux abords de l’école Patte d’Oie à Toulouse. « Dans cette rue, les véhicules passent souvent très vite, donc c’est dangereux pour les piétons », précise Vincent, membre du collectif ANV-COP21. « Je ne blâme pas les automobilistes, mais les infrastructures ne sont pas suffisantes », ajoute Sébastien, membre du collectif Faiseurs de Villes. Cette action récente visait à mettre en avant les mobilités douces et sensibiliser à la sécurité aux abords des écoles dans la ville rose. Sur ce dernier point, ces deux collectifs privilégient l’urbanisme tactique. « C’est une méthode que l’on utilise. Nous proposons des aménagements temporaires devant les écoles. On test, on échange avec les riverains et selon le résultat, soit on continue, soit on arrête le dispositif », explique Sébastien.

« Rendre un peu la ville aux enfants »

À Toulouse, ces collectifs pointent du doigt le manque de réactivité de la mairie de Toulouse. « Ils disent beaucoup de choses, communiquent sur des projets, mais comme d’habitude, il n’y a pas d’actions concrètes, même s’il y a du mieux », confie Vincent. La ville de Toulouse a déjà réalisé un programme d’action sur le mandat précédent : limite de vitesse abaissée à 30km/h, barrières et panneaux colorés pour signaler de la présence d’une école, etc. Récemment, l’école du Nord à Toulouse a vu la création d’une rue scolaire : les voitures n’ont plus accès aux abords de cette école. « Nous n’avons pas une action très politique. Si la mairie avance sur ce sujet, on sera content. Nous sommes conscients que c’est compliqué, mais faisons déjà des actions sur des écoles où c’est facile, pour rendre un peu la ville aux enfants », conclu Sébastien.

Les « rues scolaires », dispositif en devenir ?

Ce concept est en phase d’essai depuis quelques années en Europe. Le dispositif des « rues scolaires », rue située à proximité d’une école et fermée au moins temporairement aux voitures qui auraient un triple avantage : la sécurité, le changement de mobilité et la santé publique, tend à se généraliser en France. « Sur les REV (Réseau express vélo) et les rues scolaires, Toulouse reste en retard par rapport à des villes qui avancent à grande échelle en France, comme Bordeaux, Paris ou Lyon par exemple. Mais selon les communiqués de la mairie, ce concept devrait se multiplier prochainement à Toulouse » informe Sébastien. « Cela nécessite des aménagements de mobilité pour combler l’absence de voiture. Pour permettre aux parents d’utiliser le vélo, la marche ou les transports en commun sans complications » nuance Vincent.

La mairie de Toulouse, contactée, n’a pas donné suite.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?