Hausse du prix du tabac : « augmenter c’est jouer sur l’addiction des français »

Hausse du prix du tabac : « augmenter c’est jouer sur l’addiction des français »

Le prix du tabac connaît à nouveau une augmentation.
Le prix du tabac connaît à nouveau une augmentation. ©Laura Lude

Ce mardi 1er février, certaines marques de tabac augmentent leurs prix. Une énième hausse qui fait réagir les buralistes et les consommateurs.

Une hausse significative du prix des cigarettes et des cigares a eu lieu ce 1er février. Elle concerne notamment les marques News, Fortuna Cool, Gauloises et JPS. En ce qui concerne la marque News, tous les paquets passent au prix de 10 euros au lieu de 9€90. Les cigares aussi augmentent significativement de 50 centimes l’unité. 

Cette nouvelle augmentation ne ravit pas les buralistes. « Quand les coûts augmentent, ça se ressent sur le chiffre d’affaires » explique Philippe, gérant du bureau de tabac le Chimel à Blagnac. « Buraliste ce n’est plus un métier d’avenir. En 2019,  on était 24 000 maintenant on est 22 000 en France, c’est ça la conséquence de l’augmentation des prix” s’inquiète le propriétaire.  

La hausse des prix impacte les buralistes.
La hausse des prix impacte les buralistes. ©Laura Lude

Le ras-le-bol des consommateurs 

Du côté des fumeurs aussi, l’augmentation fait réagir : « on n’en peut plus, l’État sait à quel point l’addiction à la cigarette est dure à combattre. Augmenter les prix, ça ne changera rien si ce n’est vider encore plus nos poches” déplore Anne-Laure, fumeuse depuis presque vingt ans.

Conséquence de ce mécontentement : beaucoup de français vont désormais acheter leur tabac de l’autre côté de la frontière en Andorre ou en Espagne, « forcément nous buralistes du Sud, on observe ce phénomène de fuite des acheteurs et je les comprends, c’est tellement moins cher. Le problème c’est que nous on reste sur le carreau” constate Philippe. « Même les clients qui ont un fort pouvoir d’achat, qui gagnent bien leur vie vont en Andorre maintenant, c’est psychologique, ils ne veulent pas se dire qu’ils mettent quinze euros ou plus par semaine dans leur consommation de tabac » explique le buraliste.

En ce 1er février, le tabac n’est pas le seul à augmenter, il s’ajoute la hausse du prix de l’électricité et des péages.

 

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?