Julian Miquel au comptoir du Boui Boui Sando ©Emeline Lagarde
Julian Miquel au comptoir du Boui Boui Sando ©Emeline Lagarde

Oubliez le traditionnel jambon-beurre pour la pause du midi et venez plutôt tester la street-food japonaise dans les rues de Toulouse. Un repas complet dans un sandwich savoureux qui vient tout droit du pays du soleil levant : c’est le Sando.

Sando veut littéralement dire sandwich en japonais. Mais avant tout, le Sando était un en-cas sucré ! Selon la légende populaire, il aurait été inventé en 1868 par la fruiterie Senbiyika qui se trouve à Tokyo. Dans ses premiers jours, le Sando était composé de deux tranches de pain de mie, de la crème fouettée et des fruits de saisons comme la fraise ou la mangue.

Un sandwich chargé d’histoire et de saveurs

Mais celui que l’on connaît le plus aujourd’hui est salé et bien différent du sandwich parisien. Tout d’abord le pain qui ne sera ni une traditionnelle baguette ou du pain viennois. À la place, il y aura du pain de mie, très aéré, presque comme une brioche salée. Pour la garniture on retrouvera du poulet, du porc ou des gambas panés. Mais les végétariens ne seront pas en reste grâce à l’alternative omelette japonaise par exemple. Tout cela accompagné d’un assortiment de légumes tel que du chou et des carottes ou bien des condiments tels que l’oignon frit et des pickles.

Julian Miquel, patron des Boui Boui Kebab et Sando

En somme, le Sando est un sandwich complet, très savoureux et moelleux. Ce n’est pas pour rien qu’il est souvent qualifié de street-food japonaise par excellence. D’ailleurs, le Sando salé original est cuisiné à base d’échine de porc pané. Mais il s’est beaucoup exporté et de nombreuses enseignes ont commencé à le revisiter

Le Sando à Toulouse

Le Boui-Boui Sando : c’est l’enseigne créée par Julian Miquel en ce début d’année, 24 rue des Paradoux, aux Carmes à Toulouse. Julian Miquel a vécu à Berlin, juste à côté de ce qui est considéré comme le meilleur kebab d’Europe, voire du monde : Mustafa Kebab (Mustafas Gemüse Kebab). Alors lorsqu’il rentre en France, il n’a qu’une envie, ouvrir son propre kebab. Ce qu’il fait au 41 rue des Paradoux et ça marche, très bien d’ailleurs. Alors après quelques temps, il décide de lancer un nouveau concept. Les clients ont eu le choix parmi d’autres idées comme un Boui Boui Hot-dog. Pendant 3 mois, les clients ont voté en venant manger au restaurant et c’est le Sando qui a remporté la compétition.

Le concept était déjà en France. À Paris par exemple, le Sando est déjà largement installé. Au Sando Club vous pourrez découvrir un sandwich parfait pour le petit-déjeuner : avocat, cheddar, œuf, bacon et Hokkaïdo. C’est un pain japonais particulièrement moelleux. Mais Julian Miquel est le premier à proposer ce menu dans la ville rose. Et maintenant à Toulouse, vous pourrez déguster un Sando composé de pain de mie japonais, poulet mariné pané, chou blanc, pickles, cébette et sauce bulldog. Mais ce n’est qu’un choix parmi tant d’autre sur leur carte.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?