Départ en demi-teinte pour la Primaire Populaire de la gauche

La primaire Populaire
La Primaire Populaire veut unir la gauche et les écologistes ©PrimairePopulaire

Demain, jeudi 27 janvier 2022, se tiendra le vote de la Primaire Populaire. Regroupant sept candidats de gauche, ce vote à volonté de réunir les partisans sous un seul candidat en vue de remporter les élections présidentielles, dont le premier tour se tiendra le 10 avril 2022.

C’est à 10 heures, jeudi 27 janvier, que les urnes de la Primaire Populaire (PP) vont s’ouvrir, pour se refermer le dimanche 30 janvier à 17 heures. Pour pouvoir voter, il fallait s’inscrire sur le site internet de la PP. Selon leur compte Twitter, le nombre d’inscrit s’élève à 466 895, soit quasiment un demi-million de personnes. Pour voter, c’est simple, un mail avec des identifiants et un lien de connexion a été envoyé la veille ou l’avant-veille du vote. Il suffit de cliquer sur le lien qui mène à la plateforme en ligne, entrer ses identifiants et enregistrer son choix.

L’initiative de cette primaire dite « populaire » a été lancé par le collectif « Rencontre des justices », formé en octobre 2020. Ces entrepreneurs et militants écologistes, féministes et antiracistes souhaitent réunir les partisans de gauches et les écologistes avec l’ambition de faire émerger une candidature commune. Cette primaire est créée en février 2021 par une structure nommée « 2022 ou jamais ». Les deux pionniers de cette organisation sont Mathilde Imer, écologiste à l’origine de la Convention citoyenne pour le climat, qui a le rôle de vice-présidente, et Samuel Grzybowski est le directeur politique.

Qu’est-ce que le Socle Commun ?

Le Socle Commun fait partie de la première étape du processus de la PP. L’association « 2022 ou jamais » a sollicité une dizaine de partis politique de la gauche et l’écologie, comme EELV, LFI et le PS, pour co-écrire ce socle. Ce Conseil des partis s’est réuni du 1er avril au 2 mai 2021 pour l’élaborer. Il contient 10 propositions réparties dans trois catégories : une république écologique, une république sociale et une république démocratique. Le candidat remportant le vote devra s’engager à inclure l’esprit du Socle Commun dans son programme. « Les différences existent. Nous partons du principe qu’elles ne sont pas aussi primordiales que ce qui nous unit, et qu’elles peuvent être résolues autrement : par le vote de la Primaire Populaire, en laissant les citoyens et les citoyennes décider du programme qui leur convient le plus, ou bien par référendum une fois la présidentielle remportée. » est-il indiqué sur le site de la PP. Voici le détail de ce Socle Commun.

Pour une république écologique :

  • Une grande loi de transition alimentaire vers une agriculture paysanne et écologique
  • Une vraie loi climat pour reconvertir notre économie et accompagner nos entreprises dans la transition

Pour une république sociale :

  • Permettre à chacun et chacune de couvrir ses besoins essentiels
  • Un emploi et un salaire juste pour toutes et tous
  • Investir massivement dans le social, prioritairement dans la santé et l’éducation
  • Redonner le pouvoir aux travailleurs et travailleuses
  • Un big bang pour une fiscalité plus juste et écologique

Pour une république démocratique :

  • Restaurer la confiance dans notre démocratie par des mesures d’urgence
  • Vers une sixième République écologique et la fin de la « monarchie présidentielle »
  • La reconquête et l’élargissement de nos libertés

Détail des propositions à retrouver ici.

Une volonté d’unité qui désunit

Cette PP avait pour souhait d’être une réelle primaire avec des candidats engagés, regroupant toute la gauche en présentant au vote les 10 candidats les plus sollicités ayant la volonté d’y participer. Or, ce sera finalement un vote consultatif sans clause d’engagement des candidats. Car parmi les sept présentés, trois n’ont pas donné leur accord (Anne Hidalgo, Yannick Jadot ainsi que Jean-Luc Mélenchon). Les quatre autres, Charlotte Marchandise, Anna Agued-Porterie, Christiane Taubira et Pierre Larrouturou ont donné leur accord. Mais ce n’est pas parce qu’ils ont donné leur aval qu’ils sont en adéquation avec la gestion et les volontés de la PP. Anna Agued-Porterie a déclarée dans une vidéo que les organisateurs la poussaient vers la sortie, car trop petite candidate, et ce, afin que sa présence ne froisse pas les plus gros. Pierre Larrouturou, quant à lui, a décidé de faire une grève de la faim, du 6 janvier au 14 janvier 2022, pour l’union de la gauche. Seule la candidate Christiane Taubira se dit réellement partante selon les règles établies par les créateurs du projet.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?