Affaire Jubillar : ce que l’on sait des fouilles de la ferme à Cagnac-les-Mines

La ferme incendiée de Cagnac-Les-Mines ©Caroline Albert
La ferme incendiée de Cagnac-Les-Mines ©Caroline Albert

Après les révélations du codétenu de Cédric Jubillar, les fouilles se poursuivent ce lundi 17 janvier à la ferme incendiée de Cagnac-les-Mines. Selon les dernières informations, le corps serait potentiellement caché près d’un arbre d’une ferme de la commune. On fait le point.

Une toute nouvelle phase démarre dans l’affaire de la disparition de Delphine Jubillar. Depuis les confessions du codétenu de Cédric Jubillar, la ferme va faire l’objet de fouilles approfondies pendant plusieurs jours, rapporte LCI. La ferme, brûlée en avril 2021, pourrait être le tombeau de l’infirmière, disparue dans la nuit du 16 au 17 décembre 2020. 

Des fouilles avec l’aide de l’armée

En plus des gendarmes, des militaires des Fouilles opérationnelles spécialisées (FOS) ont été mobilisées pour appuyer les investigations. Cinq véhicules de gendarmerie et deux fourgons blancs banalisés ont été constatés sur les lieux. L’unité militaire appelée en renfort ce lundi est généralement envoyé sur le terrain pour des missions de fouilles, de reconnaissance et de renseignement. Une chose est sûre, cette ferme intrigue les enquêteurs. 

Le scénario du codétenu est-il crédible ?

L’édifice serait situé à proximité du domicile des époux Jubillar, et a été la proie des flammes en avril 2021, pour des causes qui restent, à ce jour, inconnues. De nombreux moyens vont être déployés sur place et une quinzaine d’hectares sont concernées par les investigations. Selon BFMTV, le codétenu de Cédric Jubillar aurait déclaré aux enquêteurs que le mari de l’infirmière disparue lui aurait demandé d’entrer en contact avec sa nouvelle compagne pour lui indiquer de s’assurer que le corps de Delphine était toujours caché.

Les anciennes explorations

La ferme de Cagnac-les-Mines avait déjà fait l’objet d’investigations en 2021, au vu de sa proximité avec le domicile Jubillar. Elle est située sur le chemin de Drignac selon la Dépêche. Depuis le début de l’enquête, un citoyen proche du lieu, interrogés par Midi-libre, aurait expliqué avoir vu les gendarmes 4 ou 5 fois sur la quinzaine d’hectares. Mercredi dernier, un hélicoptère a survolé la zone.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?