Grève des enseignants à Toulouse : « le gouvernement veut rompre le dialogue social »

Ecole élémentaire de Nord à Toulouse, fermée ce matin en prévision de la grève prévue cet après-midi à 14 heures ©E.L
Ecole élémentaire de Nord à Toulouse, fermée ce matin en prévision de la grève prévue cet après-midi à 14 heures ©E.L

Ce jeudi 13 janvier, les syndicats enseignants appellent à la grève dans les écoles. Ils dénoncent un protocole sanitaire incohérent et pointent du doigt un manque de communication du gouvernement. Des manifestations sont prévues à 14 heures à Toulouse. Le mouvement sera suivi au niveau national.

Les enseignants sont épuisés. Ils dénoncent le protocole sanitaire inefficace dans les écoles du primaire et du secondaire. Frédéric Audouy, enseignant à l’institut Limayrac et président du syndicat de l’enseignement privé sous contrat (SNEC -CFTC) est conscient de la situation sanitaire. Il déplore de nombreuses incohérences dans la stratégie du gouvernement et pointe un manque de dialogue social.

Frédéric Audouy, président du syndicat de l’enseignement privé sous contrat, propos recueillis par Emeline Lagarde.

« On sait mettre en place le protocole sanitaire, les enseignants savent comment faire. Cependant, on manque de moyens pour appliquer ces mesures. On nous parlait de purificateur d’air, de capteur de CO²… On en jamais vu la couleur », détaille Frédéric Audouy. Cette situation intenable pousse aujourd’hui 12 syndicats d’enseignants à entrer en grève.

Affiche prévenant de la grève ce jeudi 13 janvier 2022 à Toulouse. ©E.L


La fédération des parents d’élèves (FCPE) se joint à la manifestation en soutien aux enseignants. Son vice-président Eric Pineau répond à nos questions, une interview à venir.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?