Inflation, promotions et vente en ligne : des doutes pèsent sur les soldes

Affiche de solde
Début des soldes hivernales qui dureront quatre semaines. © Manon Warnau

Les achats de Noël sont à peine terminés que les soldes d’hiver font déjà leur retour ce mercredi 12 janvier. Une période généralement attendue par les commerçants et les clients. Pourtant entre inflation et promotions tout au long de l’année, les commerçants se questionnent sur le bon déroulement de ces soldes.

A 10 heures, le parking se remplit petit à petit au centre commercial de Blagnac. Dans l’allée centrale, ce n’est pas encore la cohue. Mais les files d’attente commencent à s’étendre au niveau des caisses. Justement, les commerçants s’interrogent déjà sur l’affluence des clients pour ces soldes hivernales. Hormis le contexte sanitaire, d’autres complications planent sur la réussite de cette braderie : l’inflation. Les prix n’ont cessé d’augmenter ces derniers mois sur nos achats au quotidien. Les commerçants sont donc sceptiques : la clientèle sera-t-elle au rendez-vous ? Huit commerçants indépendants sur dix se déclarent inquiets pour la pérennité de leur activité commerciale en 2022, selon la FNH. Ils craignent que les consommateurs soient amenés à devoir faire un choix dans leur façon de consommer et privilégient leurs dépenses dans l’essence ou l’électricité, aux dépens du budget vestimentaire. Une crainte que réfutent de nombreux clients dans la ville. « Je n’ai pas vraiment de budget. Je viens dès que c’est nécessaire. Ce matin par exemple, il fallait racheter des manteaux à mes enfants, donc je suis là ! », explique Fanny, mère de deux enfants.

Des prix bas toute l’année

Comme chaque année, deux éléments risquent de diminuer l’intérêt des soldes : les ventes privées et les promotions. Les ventes privées précèdent les soldes et la clientèle peut déjà profiter de prix cassés une à deux semaines auparavant.

Tout au long de l’année, de nombreuses promotions sont également visibles sur les portants et étalages. À force de voir des produits soldés en permanence, « le client est habitué à ne plus payer le prix plein pot », ajoute Rachel, conseillère en vente dans le magasin l’Occitane. La manière de consommer a également changé. « Comme il y a des promotions toute l’année, ils n’achètent pas tout d’un coup. Ils achètent au fur et à mesure », décrit également Kelly, responsable adjointe de la boutique Etam.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?