76 ans de la libération d’Auschwitz-Birkenau

76 ans de la libération d’Auschwitz-Birkenau

Il y a 76 ans, le camp d'Auschwitz-Birkenau était libéré
Il y a 76 ans, le camp d'Auschwitz-Birkenau était libéré

Il y a 76 ans, l’humanité découvrait ce qu’il y a de plus inhumain. Le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau était libéré, avec l’espoir que cela ne se reproduise plus jamais.

Lancée en 2005 par les Nations unies, la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste commémore le jour où le plus tristement célèbre des camps de la mort de l’Allemagne nazie a été libéré par l’armée soviétique. En l’espace d’à peine cinq ans, plus d’un million de Juifs déportés de toute l’Europe y ont été assassinés dans des chambres à gaz, jusqu’à la libération du camp le 27 janvier 1945.

« Construire un monde dans lequel Auschwitz ne soit plus possible dépend de chacun d’entre nous »

Simone Veil

De nombreux témoignages sur Twitter

Partout dans le monde, de nombreuses organisations luttent contre le négationnisme, une position idéologique qui consiste en un déni de la réalité du génocide juif par l’Allemagne nazie. Sur Twitter, le #HolocaustRemembranceDay rappel l’inhumanité de ce qu’il s’est passé il y a moins d’un siècle.

Des commémorations partout dans le monde

En Allemagne, sur la façade de l’ambassade de France à Berlin, à quelques mètres de la porte de Brandebourg, seront projetés entre 17 heures et 22 heures les noms de 50 000 personnes, victimes de persécutions nazies. Juifs, homosexuels, travailleurs forcés, handicapés… La projection sera visible en temps réel sur Internet. En tout, plus de 10 600 personnes ont aidé à la numérisation des 2,5 millions de documents.

Au Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau en Pologne, les commémorations se focalisent cette année sur les 250 000 enfants exterminés par les allemands.

Une cérémonie virtuelle organisée par l’UNESCO aura lieu de 17h à 18h, en partenariat avec l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). Angela Merkel prendra notamment la parole tout comme le président de l’Assemblée générale des Nations unies, ainsi que des représentants des États-Unis et d’Israël. Irene Butter, rescapée de la Shoah, s’exprimera également, accompagnée de sa petite-fille et de jeunes actifs dans le domaine de l’éducation et de la commémoration de la Shoah.

Un débat d’une heure sur la négation avec de nombreux invités suivra la cérémonie, tout deux retransmis en anglais et en français.

Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l’oubli

Elie Wiesel

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?