Un démarrage décevant pour les soldes d’hiver

Un démarrage décevant pour les soldes d’hiver

Les soldes ont débuté ce mercredi partout en France. Crédit : Thomas Naudi
Les soldes ont débuté ce mercredi partout en France. Crédit : Thomas Naudi
Les soldes d’hiver ont bel et bien débuté ce mercredi 20 janvier, partout un France. Des prix cassés et des bonnes affaires qui font habituellement le bonheur des acheteurs. Mais cette année, l’épidémie de Covid-19 et les mesures sanitaires mettent à mal les commerçants toulousains.

Les vitrines des magasins toulousains sont hautes en couleur en cette période de soldes. Des inscriptions « soldes » dans les vitrines aux vignettes qui affichent jusqu’à moins 70%, tout est fait pour attirer les acheteurs en cette période de soldes. Une tactique bien rôdée qui, cette année, ne suffira pas à faire venir les toulousains.

Une baisse de la fréquentation

En effet, les magasins constatent indéniablement une baisse de la fréquentation et des ventes. A l’instar de Premium, un magasin de sneakers basé depuis 10 ans rue Saint-Rome, entre Esquirol et la place du Capitole. Le magasin ne que peut constater le manque de clients, « Les premiers jours de soldes se sont passés comme d’habitude, le premier mercredi un peu plus de passage, mais ca reste vachement moins positif que les années précédentes. », confie Alexi, un des vendeurs de l’enseigne.

Selon lui, la clientèle aurait baissé de 70% par rapport au soldes d’hiver de l’année précédente. Alors, pour attirer les clients, les remises sont partout, « On a tout soldé. Normalement, on solde les trois quarts du magasins mais cette année, on solde tous les produits, avec des prix plus intéressants, vu qu’on avait plus de stock que d’habitude ». Une réponse qui ne suffit pas à balayer les inquiétudes du vendeur. Avec 18 436 nouveaux cas positifs au covid en 24h comme indiqué par Santé Publique France ce dimanche, la menace d’un reconfinement est bel et bien présente.

Un possible reconfinement désastreux pour les commerçants

Si les commerçants déplorent la baisse de fréquentation, le pire reste sans doute la menace d’un troisième confinement. Une inquiétude présente également chez Armor Lux, une enseigne de prêt-à-porter. Installée à Toulouse depuis décembre 2019, la boutique dresse le même constat: moins de fréquentation.

Et une crainte, celle d’un reconfinement, « On ne peut même pas se projeter, il va y avoir peut-être un autre confinement. Je peux vous le dire, on va fermer bientôt peut-être, c’est dur. », confie Aurore, vendeuse dans sa boutique rue Saint-Rome. Une difficulté déjà présente avec le couvre-feu à 18h et les autres restrictions sanitaires.

Désormais, la possibilité d’un nouveau confinement fait partir en fumée les espoirs de la vendeuse d’écouler son stock. Les commerçants attendent donc avec impatience la prise de parole du président Emmanuel Macron prévue mercredi 27 janvier, d’après les informations du JDD. Des annonces qui pourraient faire l’effet d’un coup de massue pour les commerces, en cas de durcissement des mesures.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?