Opération anti-migrants aux frontières dans les Pyrénées

Opération anti-migrants aux frontières dans les Pyrénées

Génération identitaire traque les migrants à la frontière franco-espagnole. Crédit : Guillaume Pannetier
Génération identitaire traque les migrants à la frontière franco-espagnole. Crédit : Génération Identitaire

Une opération est actuellement en cours pour protéger les frontières dans les Pyrénées. Des militants de Génération Identitaire, d’extrême droite, ont lancé une nouvelle opération anti-migrants, baptisée « Mission Pyrénées ».

C’est une action coup de poing, mais non-violente de Génération Identitaire. Baptisée « Defend Europe », des militants identitaires mènent actuellement une action dans les Pyrénées contre « le risque terroriste et migratoire ». « Le 5 janvier 2021, la préfecture de Haute-Garonne a décidé la fermeture temporaire du col du Portillon, à la frontière franco-espagnole, en raison d’une menace terroriste qui demeure très élevée au plan national et des mouvements de migrants qui restent soutenus », précise le mouvement dans un communiqué. Depuis ce matin, mardi 19 janvier, environ trente militants de Génération Identitaire, avec trois 4×4 et des doudounes bleues veulent protéger les peuples européens d’une immigration massive et du terrorisme.

Opération anti-migrants

Pour rappel, la préfecture de Haute-Garonne a fermé le col à la circulation depuis le 5 janvier dernier. La route est bloquée à 500 mètres de la frontière. En cas d’intrusion repérée, Génération Identitaire veut contacter « aussitôt les forces de police et de gendarmerie afin que les migrants clandestins soient interpellés et expulsés« . Cette opération xénophobe a été annoncée le 15 janvier via un communiqué publié en quatre langues sur Telegram dans la matinée. Cette opération vient « en soutien aux forces de l’ordre et rappelle que nous exigeons la fermeture totale de la frontière », précise à l’hebdomadaire Marianne, Thaïs d’Escufon, porte-parole de l’organisation d’extrême droite.

Par ailleurs, le groupe avait déjà lancé une opération similaire dans les Alpes à la frontière franco-italienne, en 2018.

Les élus de la région réagissent

Georges Méric, président du conseil départemental de Haute-Garonne s’est exprimé dans un communiqué : « Nous demandons au Préfet de la Haute-Garonne de mettre fin fermement et sans délai à ce coup de force, indigne et contraire aux valeurs de la République et de notre territoire. Nous demandons à l’Etat de poursuivre ces individus et cette organisation, comme il l’avait fait suite à une récente opération dans les Alpes, car ils tentent de créer une confusion avec l’exercice d’une fonction publique. Nous demandons au ministère de l’Intérieur, comme l’ont déjà fait avant nous nombre d’associations et d’élus, de procéder à la dissolution de ce groupuscule d’extrême droite violent et dangereux pour notre pays. »

La présidente de la Région Occitanie, Carole Delga s’est exprimée sur le sujet sur Twitter : « Je demande au préfet d’Occitanie de mettre fin fermement et sans délai à ce coup de force contraire aux valeurs de la République. »

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?