Fermeture des remontées mécaniques : les stations de ski de Haute-Garonne exsangues

Fermeture des remontées mécaniques : les stations de ski de Haute-Garonne exsangues

Les stations de ski pyrénéennes manifestent leur ras-le-bol quant aux fermetures administrative. Les stations de ski pyrénéennes manifestent leur ras-le-bol quant aux fermetures administrative.
Les stations de ski pyrénéennes manifestent leur ras-le-bol quant aux fermetures administrative.

Interrogé lundi soir par France 5, le Premier ministre Jean Castex laisse planer le doute sur une éventuelle réouverture des remontées mécaniques de ski à l’occasion des vacances de février. Du côté des stations, on attend des annonces sur le temps long.

Faire une croix sur la saison hivernal 2021 ? Certaines stations de ski l’ont déjà fait, d’autres attendent encore de savoir si elles pourront sauver le pic de fréquentation pendant les vacances de février prochain, dès le 6 pour la zone A.

Sur l’antenne de France 5, le chef du gouvernement a douché les espoirs des exploitants des stations de ski : « Quand je parle avec certains de mes homologues, [on évoque] des autorités décentralisées qui privilégient des considérations économiques à des considérations sanitaires. Ça, pas question ».

À l’AFP, Guillaume Roger, directeur opérationnel de la société N’Py, exploitant huit stations du massif pyrénéen, appelle à plus de visibilité. Il rappelle également que « les vacances de février, c’est 45% du chiffre d’affaires » de l’année.

Une position qu’a défendue Carole Delga lors de ses voeux à la presse ce lundi 18 janvier 2021 : « Je défends la réouverture des stations de ski ». La présidente du Conseil régional remet en question l’argument sanitaire notamment du fait du caractère extérieur de l’activité.

Aucun chiffre d’affaires dans les stations pyrénéennes

Dans les stations de Saint-Lary-Soulan et Font-Romeu par exemple, toutes les deux gérées par Altiservices, l’état financier est plus que préoccupant. En temps normal, ces stations font en moyenne 27 millions d’euros de chiffre d’affaires chaque année, mais pour 2019, « ce sera zéro » explique-t-on du côté de la direction d’Altiservices.

Depuis le début de la pandémie, l’entreprise avait pourtant fait appel aux dispositifs de l’État dont le chômage partiel. Mais le compte est loin d’être bon pour les stations. D’après André Mir, trésorier de l’Association nationale des maires de stations de montagne, « un euro de chiffre d’affaires sur les remontées génère sept euros sur le territoire des stations de ski », cité par France Bleu Occitanie.

D’autres pensent déjà à la saison estivale

Désormais plusieurs acteurs du secteur, dont la station de Val d’Isère dans les Alpes, s’intéressent aux mois de juillet et d’août. En effet, depuis plusieurs années maintenant, une part significative des Français s’orientent vers la montagne pour les vacances estivales, 12% en 2020 selon un sondage BVA pour Les Entreprises du Voyage.

Et si vous lisiez des articles sur le même thème ?