La production française de vin atteindra 45 millions d’hectolitres cette année, soit une hausse de 6 % par rapport à 2019 où la production avait souffert de conditions climatiques difficiles mais proche de la moyenne quinquennale, a indiqué mardi le ministère de l’agriculture.

Les vendanges ont commencé particulièrement tôt dans la plupart des régions viticoles, avec un record en Champagne où elles ont débuté à la mi-août.

« Cela s’explique par un printemps qui a été le deuxième plus chaud depuis 120 ans et par un hiver relativement doux », indique Alexandre Beillard, un viticulteur de cran cru Bordelais dans le médoc « .

La production totale de vin en Champagne devait être supérieure à celle de 2019, mais le volume de vin portant le nom officiel de champagne est en baisse de 21 %, à 1,7 million d’hectolitres.

Les producteurs de champagne ont accepté de réduire le volume de raisins à récolter cette année, car ils tentent de faire face à l’effondrement des ventes provoqué par la crise du coronavirus.

Dans les premières estimations publiées le mois dernier, le ministère de l’agriculture avait estimé la production totale de vin en France cette année dans une fourchette de 44,7 à 45,7 millions d’hectolitres.

Une aggravation du temps sec a incité le ministère à revoir à la baisse ses prévisions de production pour la Bourgogne, le Beaujolais, la vallée du Rhône, le Centre et le Sud-Est, mais celles-ci ont été plus que compensées par une hausse de la production attendue dans d’autres régions, qui ont bénéficié de pluies le mois dernier.

Dans la célèbre région de Bordeaux, la production de vin devrait être proche de celle de l’an dernier, à 5,4 millions d’hectolitres, tandis qu’elle devrait augmenter de 12 % en Bourgogne-Beaujolais, à 2,1 millions, malgré une baisse dans les Pinots.

Dans le Languedoc-Roussillon, de loin la plus grande région viticole de France, la production devrait augmenter de 7 % par rapport à l’année dernière pour atteindre 13,0 millions d’hectolitres, de nombreux vignobles étant en mesure de lutter contre le mildiou, une maladie fongique qui attaque les vignes.