Les équipes de secours à Beyrouth continuent de chercher à travers les décombres ce vendredi 4 septembre, après que des signes de vie aient été détectés 30 jours après qu’une explosion massive ait détruit une grande partie de la zone côtière du centre-ville.

Un signal d’impulsion est toujours détecté dans les ruines de la zone de Mar Mikhael de la capitale libanaise. Les sauveteurs ont tracé ce qu’ils croyaient être un signal de battement de cœur jusqu’à des endroits situés sous les débris, mais aucun survivant n’a été trouvé, ont déclaré des membres de la défense civile libanaise.

L’opération de recherche devait prendre fin

« Nous n’avons trouvé personne à l’endroit où la machine a détecté », a déclaré un volontaire de la défense civile, Qasem Khater.
Cependant, un autre volontaire, Mansour Al Asmat, a déclaré que les sauveteurs avaient détecté un signal de battement de coeur à un autre endroit sous les décombres.
« Plus nous enlevons d’obstacles, plus le signal de la machine donne un signe proche de la zone exacte », a-t-il déclaré.
Les volontaires de la défense civile restent sur place, mais ont averti que l’opération de recherche devait prendre fin.
M. Asmat a déclaré que les sauveteurs restaient certains à 100% qu’il y avait un corps sous les décombres mais que la personne pourrait « pas nécessairement » être en vie. « Le chien sent un corps à coup sûr », a-t-il déclaré. « Nous dépendons de la machine et du chien. » Asmat a ajouté qu’il y avait une légère chance que la machine détecte autre chose, comme une montre, au lieu d’un battement de coeur
« Peut-être qu’il n’y a rien mais tant que le chien entraîné marque un corps humain et que la machine nous donne un battement de coeur, nous continuerons à chercher », a-t-il dit. « La combinaison de ces deux résultats, signifie qu’il y a quelque chose ».

Les sauveteurs ont détecté huit respirations par minute parmi les débris


Les équipes de recherche ont afflué sur le site, un quartier proche de l’épicentre de l’explosion du mois dernier, jeudi après que les équipes de secours aient détecté des mouvements dans les débris.
Les sauveteurs ont travaillé sous des projecteurs dans des conditions estivales humides pour enlever des parties d’un mur à l’aide d’une grue alors qu’une foule se tenait prête, impatiente d’avoir des nouvelles.
Vendredi matin, heure locale, l’imagerie thermique a montré la chaleur du corps dans les décombres, tandis que les sauveteurs ont également détecté huit respirations par minute parmi les débris, a déclaré Eddy Bitar, co-fondateur de Live Love Beirut, une ONG qui aide aux efforts de sauvetage, à CNN.
Hier, les équipes ont ensuite entendu 18 respirations par minute.
Les sauveteurs ont demandé à une foule d’environ 200 spectateurs de se taire afin que leur équipement puisse mieux détecter toute respiration ou battement de cœur d’un éventuel survivant. Les membres de la foule ont éteint leurs téléphones en attendant des nouvelles.

La recherche a été déclenchée par un chien de sauvetage qui est passé devant le bâtiment détruit avec une équipe de secours chilienne jeudi et a montré des signes de vie, a déclaré Eddy Bitar, un travailleur d’une organisation non gouvernementale locale.
L’imagerie thermique a ensuite montré deux corps : un petit corps recroquevillé à côté d’un corps plus grand. Un dispositif d’écoute a également enregistré un cycle respiratoire de 18 par minute, a déclaré M. Bitar.
« Il y a une petite chance que la personne soit encore en vie », a dit Bitar.
Les équipes de secours ont creusé des tunnels à travers d’épais débris de béton pour atteindre le site du survivant potentiel. Francisco Lermanda, qui travaille pour l’ONG chilienne de recherche et de sauvetage Topos Chile, s’est montré prudent quant à la perspective de trouver une personne vivante après tant de jours passés sous les décombres. Mais il ne l’a pas écarté.
Pour rappel une personne a survécu 28 jours sous les décombres en Haïti après le tremblement de Terre qui avait violemment touché l’île.